Congrès de Versailles : Wauquiez indigné par les propos de Macron sur la «déportation» des migrants

Congrès de Versailles : Wauquiez indigné par les propos de Macron sur la «déportation» des migrants© Eric Gaillard Source: Reuters
Laurent Wauquiez, le 29 juin 2018 à Menton. (image d'illustration)

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a tiqué sur le terme «déportation», évoqué par Emmanuel Macron au Congrès de Versailles ce 9 juillet, pour qualifier les renvois de migrants dans leur pays d'origine.

Laurent Wauquiez n’a que peu goûté les propos d'Emmanuel Macron concernant les transferts de migrants depuis la France, qu’il a apparenté à de la déportation lors de son discours au Congrès de Versailles le 9 juillet. «Quand le président de la République a expliqué que ramener les étrangers chez eux c'était de la déportation, moi j'ai été en colère quand j'ai entendu cela», s’est insurgé ce 10 juillet le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes sur BFMTV. 

Le leader des Républicains (LR) a ajouté qu’Emmanuel Macron aurait dû «comprendre que ses propos étaient indignes». En France, «quand on utilise les propos de déportation et de camp, cela renvoie à la Shoah, cela renvoie à ce qui a abouti à la mort de millions de juifs. Ce ne sont pas des mots qu'on emploie à la légère», a-t-il poursuivi.

Quand on utilise les propos de déportation et de camp, cela renvoie à la Shoah

Le député LR Eric Ciotti a fait part de la même indignation. «Quand un Président de la République ose parler de "déportation dans des camps" pour qualifier l’éloignement des étrangers en situation irrégulière en Europe, il commet une faute», a-t-il estimé sur Twitter. 

Au cours du Congrès de Versailles, Emmanuel Macron avait défendu sa politique face à 800 parlementaires. Il a déclaré au sujet de sa politique migratoire : «Jamais la France n'acceptera les solutions de facilité [...] qui consisteraient à organiser des déportations à travers l'Europe, pour aller mettre dans je ne sais quel camp, à ses frontières ou ailleurs, des étrangers dont on ne voudrait pas.»

«Toute politique nationaliste de court terme ne réglera en rien la situation migratoire», avait encore estimé Emmanuel Macron. Une critique destinée aux gouvernements menant une politique hostile à l'accueil des migrants, à l'image de la Hongrie ou de l’Italie. Des propos qui contrastent avec les mesures de la loi Asile et immigration, controversée jusque dans les rangs de LREM et également dénoncée par le Défenseur des droits, Jacques Toubon. Un rapport dévoilé le 3 juillet par les associations autorisées à intervenir en centres de rétention administrative dénonce en outre le fait que la France est le pays ayant eu le plus recours à l’enfermement des migrants en Europe. 

L'accord européen sur les migrations, finalisé le 27 juin après des semaines de tension et de longues négociations, prévoit la création de centres fermés sur le territoire de l’Union européenne. Ces centres, a estimé ce même jour Laurent Wauquiez, «doivent être en Libye» en non sur le territoire européen.

Lire aussi : Opposition à l’accueil des migrants : «La France est absolument raciste», selon Bernard Kouchner

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter