La justice rouvre l'affaire Richard Ferrand à la suite d'une plainte de l'association Anticor

La justice rouvre l'affaire Richard Ferrand à la suite d'une plainte de l'association Anticor
Photo ©Thomas SAMSON / AFP

La justice a ouvert une information judiciaire dans l'affaire Richard Ferrand. En octobre 2017, le parquet de Brest avait classé l'affaire sans suites, après une enquête préliminaire, mais Anticor avait déposé plainte le mois suivant.

D'après l'AFP, le parquet national financier a ouvert le 12 janvier 2018 une information judiciaire dans le cadre de l'affaire Richard Ferrand, éphémère ministre de la Cohésion et des territoires et président du groupe de La République en marche (LREM) à l'Assemblée. Une information judiciaire a été ouverte pour «prise illégale d'intérêt, recel et complicité».

Le parquet a ainsi donné suite à la plainte déposée par l'association anticorruption Anticor le 9 novembre 2017, avec constitution de partie civile après le classement sans suites de l'enquête du parquet de Brest en octobre 2017. L'affaire porte sur le bien immobilier acquis par la compagne de Richard Ferrand et loué aux Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général. Dans un des volets de l'affaire, un possible délit de prise illégale d'intérêts, le procureur de Brest avait reconnu que le parquet «aurait pu envisager» l'ouverture d'une information judiciaire. Mais après vérification, il s'est avéré que l'infraction éventuelle était prescrite depuis le 19 juin 2015, aux termes des règles de prescription (trois ans) alors en vigueur.

Le 24 mai 2017, Le Canard enchaîné lançait l'affaire en révélant que Richard Ferrand aurait favorisé la signature par les Mutuelles de Bretagne, dont il était directeur général entre 1993 et 2012, d'un bail immobilier auprès d'un propriétaire qui n'était autre que sa compagne. Après ces révélations sur une opération qualifiée d'«extrêmement opaque» par le journal, l'avocat en charge de l'opération immobilière avait enfoncé le clou dans un entretien au Parisiendénonçant un «enfumage» de la part de Richard Ferrand.

Richard Ferrand, ex-socialiste et soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, s'est toujours défendu de tout conflit d'intérêts dans cette affaire qui lui avait coûté sa place de ministre du premier gouvernement d'Edouard Philippe.

Lire aussi : Moralisation de la vie politique... vraiment ? Retour sur les affaires du camp Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»