«Intolérables» : Macron condamne avec fermeté les violences de l'ultragauche contre les policiers

«Intolérables» : Macron condamne avec fermeté les violences de l'ultragauche contre les policiers
Photo ©PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Sur fond de grogne policière, le président a promis lors de son discours aux forces de sécurité intérieures de punir sévèrement les violences de l'extrême gauche à l'encontre des policiers.

Lors de son long discours adressé aux forces de sécurité intérieures qu'il a tenu à l'Elysée ce 18 octobre, Emmanuel Macron a assuré gendarmes et policiers de son soutien plein et entier. «La violence exercée contre les forces de l'ordre en marge des manifestations a marqué notre pays», a-t-il rappelé, dans un contexte de grogne des forces de l'ordre. Le président de la République a en outre rappelé que 363 policiers et gendarmes avaient été blessés lors des manifestations contre la loi Travail en 2016.

Ces actions ont tout à voir avec le crime

«Les images de fonctionnaires en flammes ou de leurs véhicules incendiés ne peuvent être oubliées», a-t-il ajouté, notant que les agressions contre les policiers et gendarmes se poursuivaient. «[Ces actes] appellent une réponse ferme et exemplaire», a-t-il déclaré. «Je souhaite que nous allions plus loin pour durcir notre réponse face a ses comportements intolérables», a-t-il encore ajouté. «Depuis quelques années, la supposée "répression d’Etat", est en effet exploitée pour légitimer des actions violentes et concertées à l'encontre des forces de l'ordre», a-t-il poursuivi, évoquant l'attaque de casernes de gendarmerie le 21 septembre dernier à Grenoble et Limoges

«Les forces de l'ordre font l'objet [de menaces] de la part d'une mouvance organisée structurée et engagée dans une démarche insurrectionnelle», a déploré le président l'utilisation d'une telle violence n'a rien à voir avec la politique. «Ces actions ont tout à voir avec le crime, leurs auteurs seront systématiquement recherchés, identifiés, mis à la disposition de la justice [...] et condamnés», a promis Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat n'a pas hésité à reprendre les éléments de langage caractéristiques de l'ultragauche. «Les forces de l'ordre font l'objet [de menaces] de la part d'une "mouvance organisée structurée et engagée dans une démarche insurrectionnelle"», a déploré le président. «L'utilisation d'une telle violence n'a rien à voir avec la politique. Ces actions ont tout à voir avec le crime, leurs auteurs seront systématiquement recherchés, identifiés, mis à la disposition de la justice [...] et condamnés», a promis Emmanuel Macron.

Les récentes manifestations contre la réforme du Code du travail ont en effet été émaillées de nombreux incidents : feux devant les lycées, poubelles incendiées le 12 octobre dernier. Dans le cortège de la manifestation parisienne, ce même jour, des personnes encagoulées et vêtues de noir s'en sont pris aux forces de l'ordre avec des bouteilles de verre. Une agence bancaire a également été attaquée.

Le discours d'Emmanuel Macron intervient une semaine après la condamnation de militants antifas pour l'incendie d'une voiture de police en mai 2016, en marge d'une manifestation de policiers. Il y a un an, début octobre 2016, l'agression avec des cocktails Molotov de fonctionnaires de police à Viry-Châtillon (Essonne) avait déclenché une vague de manifestations.

Lire aussi : Centre de rétention au bord de l'explosion : les policiers de Vincennes se mettent en arrêt maladie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.