Incendies, projectiles : incidents en marge de la manifestation des fonctionnaires (IMAGES)

Incendies, projectiles : incidents en marge de la manifestation des fonctionnaires (IMAGES)© Christophe Archambault
CRS intervenant lors des débordements de la manifestation des fonctionnaires du 10 octobre 2017.

Feux devant des lycées, poubelles incendiées, agence bancaire détruite... des dégradations commises par quelques individus ont émaillé les manifestations des fonctionnaires, qui ont regroupé des dizaines de milliers de fonctionnaires en France.

La grogne sociale s'étoffe en France. Les fonctionnaires étaient entre 209 000, selon le ministère de l'Intérieur, et 400 000 d'après la CGT, à défiler dans toute la France. A Paris, le cortège a réuni entre 26 000 (police) et 45 000 personnes (CGT).

Dans les cortèges, ou en marge de la manifestation, quelques échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l'ordre et des dégradations ont été commises, particulièrement à Paris.

«Barbecues» : plusieurs feux allumés devant des lycées

Parmi les incidents les plus notables, bon nombre se sont produits devant les lycées puisque neuf d'entre eux ont fait l'objet de blocages. Un incendie spectaculaire, démarré par un feu de poubelle s'est produit à l'entrée du Lycée Voltaire dans le XIe arrondissement de Paris, dont la porte de cinq mètres de haut a été fortement endommagée par les flammes. Trois camions de pompiers se sont rendus sur les lieux pour éteindre l'incendie. Le site France Bleu rapporte les propos d'une des gardiennes, Nelly : «Les flammes sont montées jusqu'au premier étage, au niveau de l'appartement du proviseur et de chez moi. Ca sent le cochon grillé dans l'appartement ! Ca fait 23 ans que je suis gardienne au lycée Voltaire, c'est la première fois que je vois ça.» Des images impressionnantes ont été postées sur Twitter par Blocus Infos, qui se présente comme un collectif de reporters indépendants à Paris.

Les élèves du lycée Voltaire ont également fait brûler des poubelles en prenant soin de lancer quelques bombes de déodorant pour attiser le feu, selon des informations de France Bleu.

La région Ile-de-France a annoncé qu'elle porterait plainte et Valérie Pécresse, la présidente de la région, a réagi à ces dégradations par un tweet menaçant.

D'autres incidents ont eu lieu, notamment devant le lycée Bergson dans le XIXe arrondissement de Paris, où une pyramide de poubelles a été enflammée.  

Les banques toujours dans la collimateur : une agence vandalisée

Sur le parcours parisien, avenue Daumesnil, dans le XIIe, une colonne de verre a été renversée par quelques individus cagoulés qui se sont saisis de bouteilles pour les lancer sur la police. Celle-ci a répliqué en lançant des gaz lacrymogènes. Des panneaux publicitaires ont été réduits en pièces. Près de la place de la Nation, une agence bancaire HSBC a été vandalisée comme on peut le voir sur cette vidéo et cette photo publiées sur Twitter.

La police a annoncé sur Twitter avoir procédé à des arrestations relatives à cette dégradation.

Jets de projectiles, gaz lacrymogènes et échauffourées

Des militants antifas présents dans le cortège se sont mesurés aux forces de l'ordre vers 16h, alors que le début de la manifestation s'était déroulé sans incident. Jets de projectiles, de bouteilles, dispersion à coups de gaz lacrymogènes, arrestations : les échanges avec les CRS ont une fois de plus été tendus, comme on peut le voir sur cette vidéo.

Selon l'AFP, la préfecture de police (PP) a procédé à huit interpellations, dont trois personnes en possession de poings américains, de marteaux, de clés à mollette et de cutters, et quatre pour jets de projectiles et dégradations.

Toujours selon la préfecture citée par l'AFP, on dénombre cinq blessés : trois policiers et deux manifestants. La police avait repéré «200 personnes potentiellement à risque» dès le départ de la manifestation à République. Des échanges de coups se sont produits entre «des individus de ce groupe et des membres du service d'ordre de la manifestation», fait encore savoir la PP.

Lire aussi : Transports, écoles, hôpitaux, police... des dizaines de milliers de fonctionnaires mobilisés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.