Le CSA ouvre une instruction après l'«humiliation» de Sandrine Rousseau par Angot et Moix dans ONPC

Le CSA ouvre une instruction après l'«humiliation» de Sandrine Rousseau par Angot et Moix dans ONPC© Capture d'écran France 2
Sandrine Rousseau, en larmes durant l'émission

Marlène Schiappa, et plus de 1 000 personnes, ont signalé au CSA une séquence polémique ayant opposé des chroniqueurs de l'émission On n'est pas couché et Sandrine Rousseau, ex-cadre d'EELV ayant été agressée sexuellement.

Marlène Schiappa n'a pas du tout apprécié l'émission On n'est pas couché, diffusée le 30 septembre sur France 2. 

Car, si la production s'est gardée de diffuser la crise de nerfs de sa chroniqueuse Christine Angot, qui a quitté le plateau en envoyant voler fiches et verre d'eau avant de se réfugier dans sa loge, les séquences montrant Sandrine Rousseau en pleurs suite aux attaques de Yann Moix et de son acolyte ont été conservées. 

Auteur du livre Parler, où elle écrit notamment s'être fait agresser sexuellement par le député EELV Denis Baupin, Sandrine Rousseau a été prise à partie par les deux chroniqueurs de l'émission animée par Laurent Ruquier, à tel point qu'elle n'a pu retenir ses larmes. Il lui était notamment reproché de tenir un discours idéologique, et non de livrer un véritable témoignage. 

Une séquence condamnée par le secrétaire d'Etat chargé de l'Egalité entre les femmes et les hommes, qui a écrit une lettre au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) afin d'attirer l'attention du gendarme de l'audiovisuel françias sur l'émission. 

«Il est éminemment regrettable qu'une victime ayant le courage de briser le silence autour des violences sexuelles soit ainsi publiquement humiliée et mise en accusation», a écrit Marlène Schiappa. 

D'après l'Express, plus de 1 000 personnes ont signalé cette séquence au CSA, entraînant l'ouverture d'une instruction sur cette affaire. 

Lire aussi : Christine Angot remplace Vanessa Burggraf : des crises de nerfs après les crises de rire ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.