Pour Donald Trump, la France est, finalement, «un pays magnifique»

Pour Donald Trump, la France est, finalement, «un pays magnifique»© POOL New Source: Reuters

Alors qu'il avait à plusieurs reprises ces derniers mois dénigré la France, le président américain s'est livré à un éloge sans précédent de l'Hexagone durant sa conférence de presse conjointe avec Emmanuel Macron le 13 juillet.

Finies les piques assassines, les propos négatifs, les qualificatifs humiliants. Après avoir affirmé à plusieurs reprises il y a quelques mois que la France n'était plus la France et que Paris n'était plus Paris, Donald Trump a complètement changé de cap, lors de sa conférence de presse avec Emmanuel Macron à Paris le 13 juillet, se livrant à un véritable festival d'éloges à l'égard de Paris et de la France. 

Nos différents occasionnels ne sont rien en comparaison aux liens immortels de culture, de destin et de liberté qui nous unissent

Avoir chaleureusement remercié Emmanuel Macron de l'avoir invité au «merveilleux» défilé du 14 Juillet, qui sera selon lui «spectaculaire», n'était sans doute pas suffisant pour Donald Trump. Il en fallait plus. 

Pour le président américain, la France est «sans aucun doute un magnifique pays», les Français forment «un peuple merveilleux, fier de son histoire» et le palais de l'Elysée n'est rien de moins qu'«un des bâtiments les plus beaux au monde».

Donald Trump a également rappelé que la prise de la Bastille avait «changé le cours de l'Histoire et de l'humanité». «Nos deux pays sont liés pour l'éternité par cet esprit de la révolution. La France est le premier et le plus ancien allié des Etats-Unis [...] depuis que le général Lafayette a rejoint les Etats-unis dans leur lutte pour la liberté et l'indépendance. Aujourd'hui, nous sommes ensembles, plus que jamais, car notre relation est excellente», a poursuivi le locataire de la Maison Blanche aux côtés d'un Emmanuel Macron satisfait. 

Evoquant le centenaire de l'entrée des Etats-Unis dans la Première guerre mondiale, servant de prétexte à la rencontre entre les deux présidents, le dirigeant américain a assuré qu'il n'aurait manqué l'invitation d'Emmanuel Macron pour rien au monde : «Lorsque le président Macron m'a appelé, je lui ai dit "je serai là"», a-t-il assuré. 

Lire aussi : L'amour plus fort que la haine : ses désaccords avec Trump ne fragilisent pas l'atlantisme de Macron

«Les patriotes français et américains ont combattu, versé leur sang et sont morts ensemble pour la liberté et la civilisation», a poursuivi Donald Trump. 

Le changement de ton est radical par rapport aux propos que ce dernier a pu tenir par le passé. En juin 2016, lors d'un meeting de campagne, Donald Trump avait ainsi décrit la France comme un «endroit triste». Un mois plus tard, après l'attaque terroriste de la promenade des Anglais à Nice, il avait déclaré que la France était «infectée par le terrorisme», avant d'ajouter : «C'est de leur faute. Parce que [les Français] ont laissé ces personnes entrer sur le territoire.»

Aux côtés d'Emmanuel Macron, le 13 juillet à l'Elysée, Donald Trump a au contraire vanté la puissance militaire française, ajoutant que Paris disposait «d'excellentes capacités en matière de lutte contre le terrorisme». Quant aux troupes françaises, elles combattent selon lui «avec beaucoup de courage [...] pour vaincre les forces du mal». Et de conclure la conférence de presse par un très solennel : «Que Dieu bénisse la France et les Etats-Unis d'Amérique.»  

Lire aussi : Macron souhaite construire avec Trump la feuille de route politique de l'après-guerre en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.