Calais : violents affrontements entre migrants et policiers (VIDEO)

© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP

Au lendemain du début de la construction du mur «anti-intrusions» à Calais, des heurts ont éclaté entre plusieurs centaines de migrants et les forces de l'ordre, à proximité de la «Jungle». Un policier a été blessé.

Un migrant a été interpellé et placé en garde à vue pour jets de projectiles, à l'issue des affrontements qui ont opposé des policiers à une centaine de migrants dans l'après-midi du 21 septembre, a fait savoir la préfecture du Pas-de-Calais. Celle-ci a ajouté qu'un policier avait été légèrement blessé à l'épaule.

Les affrontements ont été provoqués par l'intrusion de migrants sur la rocade du port de Calais, proche du fameux camp de la «Jungle», aux alentours de 15h. Les forces de l'ordre ont alors été contraintes à intervenir.

Les policiers ont dû user de grenades lacrymogènes pour faire partir les réfugiés. «La rocade portuaire a été momentanément fermée, le temps de l'intervention des services de police pour évincer environ 300 migrants des abords des voies de circulation de la rocade portuaire», a indiqué la préfecture.

Un mur d'un kilomètre de long pour stopper les intrusions de migrants sur les routes

Ces violences surviennent au lendemain du début des travaux de construction d'un mur d'un kilomètre de long et de quatre mètres de haut, censé empêcher les migrants de gagner les voies de circulation publiques à proximité du port de Calais.

De manière régulière, des réfugiés prennent d'assaut ces routes, afin de s'infiltrer dans des poids-lourds se rendant au Royaume-Uni. Pour parvenir à leurs fins, les candidats à la traversée du tunnel sous la Manche emploient des méthodes parfois violentes, telles que le jet de projectiles sur la route dans le but de créer des accidents ou l'installation de barrages improvisés sur les voies de circulation.

Lire aussi : Crise migratoire : le candidat Sarkozy en campagne à Calais

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales