La mosquée du Bourget réputée salafiste, fermée... pour cause de construction de métro

credit : © Radio France - Rémi Brancato
credit : © Radio France - Rémi Brancato

La mosquée Al Imane du Bourget en Seine-Saint-Denis, considérée comme salafiste, a été fermée le 24 mai sur décision de justice afin pouvoir y construire une gare du Grand Paris Express.

Le 24 mai la mosquée Al Imane du Bourget a définitivement fermé ses portes à la suite d'une décision de justice. Cependant ce n'est pas sa réputation sulfureuse de «mosquée salafiste» qui est à l'origine de cette fermeture mais... la construction d'une nouvelle gare de métro. «Ce n'est pas à ce titre que l'expulsion a eu lieu, ça n'a rien à voir avec la radicalité de cette association cultuelle», assure le maire UDI du Bourget. En effet, dans le cadre des aménagements des infrastructures de transport prévus dans le projet du grand Paris, une nouvelle gare du Grand Paris Express doit être construite à la place de la mosquée. De plus, la municipalité avait pris un arrêté prévoyant la fermeture du lieu de culte dès 2010, considérant que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour accueillir du public. La justice administrative lui avait donné raison, mais la mosquée avait continué à prospérer.

«L'expulsion est en cours depuis 7h. Il n'y avait qu'une personne à l'intérieur, on est en assistance d'un huissier qui exécute la décision de justice après plusieurs injonctions de mise aux normes qui sont restées sans effet», a indiqué une source policière à l'AFP. 

La mosquée Al Imane, qui abrite aussi une école, est installée depuis 2010 dans un bâtiment industriel en tôle, à deux pas de la gare RER de cette banlieue du nord de Paris. Fréquentée en majorité par des fidèles de la commune voisine de Drancy et de tout le département, elle peut réunir jusqu'à 1 500 personnes à l'occasion de la prière du vendredi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales