Avignon : la maire sermonne un journaliste pour ses propos sur la diffusion de l'islamisme

© Capture d'écran vidéo Paris Match

Après que la maire socialiste d'Avignon, Cécile Helle, a condamné l'article d'un journaliste de Paris Match sur la diffusion de l'islamisme dans sa ville, ce dernier affirme détenir une vidéo qui illustre parfaitement ses propos.

En janvier dernier, dans un article publié dans l'hebdomadaire à sensations Paris Match, le journaliste Djaffer Ait Aoudia affirmait avoir enquêté scrupuleusement sur le milleu salafiste de la banlieue d'Avignon.

Il y critiquait la prolifération d'un islam fondamentaliste qui serait venu gangrener la Reine-Jeanne, un quartier populaire de «la cité des Papes», où «les femmes sont à 80% voilées et les hommes à 70% barbus et en vêtements orientaux».

«Une cour des miracles islamiste, une poche salafiste, une enclave qui veut vivre comme au temps de Mahomet. Boulanger, coiffeur, gardiens d’immeuble, adolescents. Tous, ou presque, ivres de Coran. Enfin, leur Coran, c’est une mini-république islamique», lit-on dans le compte rendu de Djaffer Ait Aoudia. 

Ses propos, très forts, révélaient une sorte d'omerta dans le quartier de la Reine Jeanne, tenu par des gourous et où ceux qui ne sont pas aveuglés par des idées salafistes d'un autre âge, se taisent de peur de passer pour des impies.

Cette vision glauque d'Avignon, qui venait ternir l'image de la ville, n'ont pas plu à la maire socialiste, Cécille Helle, qui, quelques jours après la parution de l'enquête, condamnait «publiquement et avec la plus grande fermeté l'article paru dans Paris Match sur la cité de la Reine Jeanne intitulé "La Cité des salafistes"», avant d'ajouter : «Je ne laisserai pas tout dire sur cette ville surtout quand ça ne traduit pas la réalité.»

Pourtant aujourd'hui, l'auteur de l'article ne compte pas en rester là. Le 9 avril dernier, un nouvel article, intitulé cette fois «Avignon: La Reine-Jeanne, cité des islamistes» est apparu sur le site du magazine.

© Capture d'écran paris Match

Djaffer Ait Aoudia y explique qu'il «vient voir si des mesures ont été prises pour freiner la montée des "émirs" et autres "émirs en chef", qualifiés pour prendre en main petits voyous et gamins perdus». Constatant que presque rien n'a changé, il attaque son article en déclarant qu'«au vu du quartier de la Reine Jeanne, la ville d'Avignon mériterait plus de s'appeler République des salafistes plutôt que la Cité des papes». 

En réponse aux propos du maire, le journaliste vient de publier sur le site de Paris Match, une vidéo dans laquelle on voit un prêcheur enseigner le coran à des enfants à l'air plutôt crédule. Cette séquence est suivie par une interview de la maire d'Avignon, qui avoue «ne pas être au courant». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales