Retraites : le gouvernement veut repousser l'âge légal de départ à 64 ans en 2030

- Avec AFP

Retraites : le gouvernement veut repousser l'âge légal de départ à 64 ans en 2030© Bertrand GUAY Source: AFP
Elisabeth Borne assiste à une conférence de presse pour présenter le plan du gouvernement concernant la réforme des retraites, le 10 janvier 2023.
Suivez RT France surTelegram

Le gouvernement a présenté sa réforme des retraites. Si son projet est adopté, il faudra avoir cotisé 43 ans dès 2027 au lieu de 2035 pour une retraite à taux plein. L'âge de départ légal sera de 64 ans à partir de 2030.

Elisabeth Borne a présenté ce 10 janvier lors d'un point presse la très controversée réforme des retraites. L'âge légal de départ à la retraite sera ainsi de 64 ans en 2030, contre 62 ans aujourd'hui, et sera progressivement relevé au rythme de trois mois par an à partir du 1er septembre prochain. Il sera donc fixé à 63 ans et 3 mois en 2027, à la fin du quinquennat.

La réforme des retraites prévoit donc d'accélérer l'allongement de durée de cotisations, avançant à 2027 l'exigence de 43 années de cotisations pour une pension à taux plein, au lieu de 2035. «Nous voulons préserver notre système de retraites par répartition», a ainsi justifié Elisabeth Borne.

La réforme actera également la fin des principaux régimes spéciaux. «Les nouveaux embauchés à la RATP, dans la branche industries électriques et gazières et à la Banque de France» seront notamment affiliés au régime général pour la retraite, a précisé le chef du gouvernement. «Nous voulons répondre aux craintes et convaincre», a assuré Elisabeth Borne.

«Nous rendrons le dispositif "carrières longues" plus juste, notamment pour les femmes», a-t-elle expliqué, soulignant qu'«avant ce projet, les périodes de congé parental n’étaient pas prises en compte dans la durée pour en bénéficier. Cela sera désormais le cas». «Le dispositif de carrières longues sera adapté pour qu’aucune personne ayant commencé à travailler tôt ne soit obligée de travailler plus de 44 ans», a détaillé Elisabeth Borne.

Les retraités actuels verront leur pension minimum revalorisée assure le gouvernement 

«Laisser s'accumuler [les] déficits serait irresponsable», a-t-elle estimé, assurant proposer un «projet de justice et un projet porteur de progrès social». Elle a aussi affirmé que ce projet était à ses yeux «meilleur qu'il était il y a six mois» avant la concertation avec les partenaires sociaux et les forces politiques.

Appuyant une idée du parti de droite Les Républicains, Elisabeth Borne a confirmé que la pension minimum sera revalorisée pour tous les retraités, futurs et actuels, ce qui concernera, d'après ses estimations, deux millions de personnes. Le minimum sera fixé à 85% du Smic net, «soit près de 1 200 euros par mois dès cette année» pour les futurs retraités ayant une carrière complète.

Elisabeth Borne s'est néanmoins dite prête à «faire encore évoluer» la réforme, «grâce à un débat parlementaire loyal et constructif». Cette présentation ne serait donc pas «un point final», selon elle. Le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres le 23 janvier.

Oppositions politiques vent debout contre la réforme, LR satisfait 

Comme pressenti, le projet du gouvernement a été vivement critiqué par les principales oppositions, à l'exception des Républicains (LR). 

La députée du Rassemblement national Marine Le Pen note qu'«après avoir été élu grâce à la gauche et à la France insoumise, Emmanuel Macron va tenter désormais, avec le soutien de LR, de faire passer la retraite à 64 ans». «Les Français peuvent compter sur toute notre détermination pour faire barrage à cette réforme injuste», a-t-elle poursuivi sur Twitter.

«Report de l’âge de départ. Augmentation des annuités. Suppression des régimes spéciaux avantageux. La réforme Macron Borne, c’est une grave régression sociale», a pour sa part tweeté le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Le chef de file des Républicains à l'Assemblée nationale Olivier Marleix s'est quant à lui dit satisfait de l'annonce gouvernementale, remarquant que la droite LR avait «été entendue». «Il y a des choses à préciser sur le dispositif des carrières longues. A un moment la durée de cotisation doit l'emporter sur le critère de l'âge», a-t-il néanmoins ajouté

De leur côté, les huits principaux syndicats français ont annoncé une première journée de grève et de manifestation, le 19 janvier, pour protester contre le projet du gouvernement de reculer l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

Cette première journée doit «donne[r] le départ d’une puissante mobilisation sur les retraites dans la durée», affirment dans un communiqué commun ces huit syndicats (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, FSU), dont les secrétaires généraux et présidents se sont réunis à la Bourse du travail dans la soirée du 10 janvier. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix