Violences après la victoire des Bleus : pour Eddy Sid, les autorités doivent sortir de l’«angélisme»

Violences après la victoire des Bleus : pour Eddy Sid, les autorités doivent sortir de l’«angélisme»
Le porte-parole du syndicat de Unité SGP-Police Eddy Sid sur le plateau de RT France, le 16 juillet 2018

Invité de RT France, Eddy Sid, porte-parole du syndicat Unité SGP-Police, est revenu sur les incidents survenus en marge des célébrations de la victoire de la France en finale du Mondial. Selon lui, les effectifs de police sont insuffisants.

Voitures incendiées, mobilier urbain saccagé, commerces pillés : des actes de violences, dans plusieurs villes françaises, ont entaché les célébrations de la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde de football, le soir du 15 juillet.

Invité sur le plateau de RT France, le porte-parole du syndicat Unité SGP-Police Eddy Sid a estimé que les moyens matériels mobilisés (comme les canons à eau) afin de contenir les débordements, en région parisienne, avaient été «conséquents». Néanmoins, selon lui, les effectifs policiers étaient eux insuffisants : «Ce qu’il faut c’est des fonctionnaires de police en plus […] on en demande toujours plus depuis les attentats de 2015 aux forces de l’ordre. Aujourd’hui on a des forces de l’ordre qui sont usées.»

Par ailleurs, il exhorté les autorités à sortir de l’«angélisme» et a espéré des condamnations «exemplaires» à l’encontre des personnes ayant «sali l'image de la France». Interrogé sur le profil des groupes de personnes à l’origine des violences, Eddy Sid a affirmé que ces dernières étaient le fait de «jeunes adultes» ou «de mineurs» souvent connus des services de sécurité.

Enfin, Eddy Sid a déploré la crise de vocation qui secoue la profession : «Aujourd’hui on a un véritable problème […] de recrutement parce que c’est un métier qui n’attire plus […] Ce qu’on demande ce sont des moyens humains et matériels et des conditions de travail décentes. Nous avons demandé une reconnaissance sociale du policier francilien. Aujourd’hui, on n'a aucune réponse de la part de l’administration.»

Lire aussi : Incidents violents sur les Champs-Elysées à Paris après la victoire des Bleus

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter