Les commerçants reçus à Bercy pour étudier «les règles» qui permettraient des réouvertures

- Avec AFP

Les commerçants reçus à Bercy pour étudier «les règles» qui permettraient des réouvertures© Philippe Lopez Source: AFP
Des clients dans un supermarché de Bordeaux (Gironde), le 27 octobre 2020 (illustration).

Bruno Le Maire a annoncé qu’il recevrait les représentants des commerçants pour étudier les conditions pour certaines réouvertures. Le Premier ministre avait préalablement évoqué la fermeture des rayons non essentiels des grandes surfaces.

La fermeture des commerces dits «non essentiels» passe mal et met le gouvernement sous pression. Dans un geste de conciliation, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance a annoncé le 2 novembre sur RTL qu’il recevrait cette semaine, en compagnie du ministre chargé des PME, Alain Griset les différentes fédérations de commerçants pour regarder avec eux quelle règles sanitaires permettraient «de rouvrir un certain nombre de commerces».

Il a notamment évoqué la «possibilité de prendre rendez-vous» dans les commerces, afin de réguler la venue des clients. Par ailleurs, il a annoncé que la coiffure à domicile ne sera plus possible, «par souci d'équité», afin que les salons de coiffure, fermés, ne soient plus désavantagés.

Ces discussions ont pour contexte la fronde qui s'est amplifiée ces derniers jours chez les petits commerçants, contraints de fermer durant le confinement, tandis que les grandes surfaces peuvent rester ouvertes.

La question de la fermeture des librairies a été particulièrement débattue alors que des enseignes comme la FNAC pouvaient continuer à vendre des livres parce qu’elle restait ouverte pour vendre des articles informatiques nécessaires au télétravail.

Au nom de «l'équité», le Premier ministre Jean Castex avait annoncé le 1er novembre pendant le journal télévisé de 20h sur TF1 que les rayons «non essentiels» des grandes surfaces devraient fermer à partir du 3 novembre. «C'est certainement pas le moment de revenir sur les mesures annoncées, c'est beaucoup trop tôt », avait-il ajouté.

Mais le jour même, les grandes surfaces, s’insurgeaient contre le projet du gouvernement déjà connu de fermeture des rayons non alimentaire. Selon la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), une telle mesure «manque de justification sur le plan sanitaire», «compliquerait la vie des Français», et serait «techniquement très difficile à mettre en œuvre dans de nombreux magasins».

La fédération estime aussi que cette mesure «entraînerait la mise au chômage partiel de plusieurs dizaines de milliers de salariés, sans aucune justification réelle, et créerait une totale distorsion de concurrence avec Amazon, au détriment une nouvelle fois du commerce physique».

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»