Guerre commerciale : 3 500 entreprises américaines attaquent l’administration Trump en justice

- Avec Reuters

Guerre commerciale : 3 500 entreprises américaines attaquent l’administration Trump en justice© STEVE MARCUS Source: Reuters
Gary Shapiro, le président de l’Association des produits technologiques, devant un écran où l’on peut lire : «les droits de douanes sont des taxes», s’exprime contre la politique de droits de douanes de l’administration Trump lors d’un salon à Las Vegas, aux Etats-Unis, le 8 janvier 2019.

Frappées par les droits de douanes sur des produits d’importation chinoise, des milliers d’entreprises basées aux Etats-Unis ont déposé plainte au cours des 15 derniers jours. Parmi elles des géants de la distribution ou de l'industrie automobile.

Près de 3500 entreprises américaines, et non des moindres ont déposé des recours contre l’administration Trump au cours des deux dernières semaines. Parmi elles, les constructeurs automobiles Tesla et Ford, et les entreprises de grande distribution Target Corp, Walgreen et Home Depot, contestent les droits de douane sur plus de 300 milliards de dollars de produits fabriqués en Chine.

Les poursuites déposées devant le Tribunal International du Commerce à New York citent le représentant américain au commerce Robert Lighthizer et l'agence des douanes et de la protection des frontières, et contestent ce qu'ils estiment être «l'escalade illégale» de la guerre commerciale des Etats-Unis avec la Chine qui se traduit par des séries successives d’augmentation des droits de douane.

Les contestations judiciaires reposent sur l’irrespect allégué des procédures administratives. Les entreprises contestent la «guerre commerciale illimitée de l'administration ayant un impact sur des milliards de dollars de marchandises importées de la République populaire de Chine par des importateurs aux Etats-Unis», selon une plainte déposée par le fabricant de pièces automobiles Dana Corp.

Les poursuites contre les droits de douane sont divisées en deux groupes distincts connus sous les nom de Liste 3 et Liste 4A. «La liste 3 comprend des droits de douane de 25% sur environ 200 milliards de dollars d'importations, tandis que la liste 4A comprenait des droits de 7,5% sur 120 milliards de dollars de marchandises. Une plainte fait valoir que l'administration ne peut pas étendre les droits de douane à d'autres importations chinoises, «pour des raisons indépendantes des politiques et pratiques déloyales en matière de propriété intellectuelle sur lesquelles elle avait initialement enquêté.»

Taxes sur les sols en bambou et les fournitures de bureau

Parmi les entreprises plaignantes on trouve aussi le fabricant de camions Volvo Amérique du Nord, le détaillant américain de pièces automobiles Pep Boys, la société de vêtements Ralph Lauren, les magasins d’alimentation Sysco Corp et Dole, le fabricant de guitares Gibson, Lenovo usa, et la filiale américaine du conglomérat industriel japonais Itochu.

Les plaintes soulignent aussi la très grande variété de produits d’importation chinois soumis à des droits de douane. Ainsi, la société Home Depot spécialisée dans le bricolage a expliqué à Reuters qu’elle était soumise à des taxes sur des produits comme les revêtements de sol en bambou et les perceuses électriques sans fil. Le distributeur Walgreen a pour sa part confié qu’il acquittait des droits de douanes en augmentation pour des confiseries, des fournitures de bureau et des articles ménagers.

Le bureau du représentant au commerce Robert Lighthizer n'a pour le moment pas répondu aux demandes de commentaires.

Le 15 septembre, l'Organisation mondiale du commerce avait déjà estimé que les Etats-Unis avaient enfreint les règles commerciales mondiales en décrétant des droits de douane sur des centaines de milliards de dollars de produits importés de Chine. L’administration Trump avait justifié ses mesures en arguant que la Chine volait la propriété intellectuelle des entreprises américaines et les obligeait à des transferts de technologie pour accéder aux marchés chinois.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»