Nouveau plan social chez General Electric : 764 emplois menacés en France dont 89 à Belfort

Nouveau plan social chez General Electric : 764 emplois menacés en France dont 89 à Belfort© Sebastien Bozon Source: AFP
Mouvement social devant l'usine de Général Electric Belfort le 19 octobre 2019. (Image d'illustration)

Au terme de la réunion d'un comité de groupe européen de l'entité General Electric Renewable Energy, le géant américain doit annoncer son plan social qui menace 764 emplois en France dont 89 sur le site de Belfort.

Nouveau plan social au sein du groupe General Electric. Le géant américain devrait prochainement annoncer la première phase de son plan de restructuration. Un comité de groupe européen de l’entité GE Renewable Energy se réunit le 9 septembre matin à Grenoble. A l'ordre du jour, selon Libération, «un projet de restructuration des activités renouvelables, qui devrait se traduire par 1 225 suppressions de postes en Europe, dont 764 en France» et 89 à Belfort, avec la fermeture de la branche GE hydro. Ces suppressions concerneraient la filière des énergies renouvelables (hydroélectricité et équipements de réseaux électriques).

General Electric estime que «les branches Hydro solutions et GE Grid solutions sont confrontées à une dynamique de marché complexe et génèrent des pertes financières importantes», toujours selon Libération. La direction a assuré au quotidien que ces restructurations devaient «permettre à ces divisions de retrouver une situation financière viable».

Un plan social dénoncé par la gauche et les syndicats

La CGT du GE Belfort estime sur son compte facebook qu'«à l'heure où l'on a le plus besoin d'une transition énergétique et que l'Europe ait décidé de changer son réseau, l'attaque faite contre les emplois de la branche Renouvelable de GE est un non sens absolu ! A quand un vrai débat national sur l'énergie ?». Les syndicats pointent des délocalisations vers l'Inde, la Turquie, la Chine et la Hongrie, selon France Bleu.

Côté politique, l'euro-député de la France Insoumise Manuel Bompard a jugé «insupportable» ces nouvelles suppressions d'emploi.

Pour le député PCF du Nord, Fabien Roussel, le «plan de relance doit empêcher les licenciements».

Le rachat par General Electric de la branche énergie d'Alstom agite depuis plusieurs années les milieux industriels et politiques ainsi que les marchés financiers. Ce dossier avait donné lieu à une passe d'armes d'entre Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron au sein du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Le 5 novembre 2014, sous l'impulsion d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie, le gouvernement avait donné son feu vert à la session de la branche énergie d'Alstom au géant américain. Dans les clauses du rachat, le géant américain s'était engagé à créer 1000 emplois en France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»