Christine Lagarde, future présidente de la BCE, veut poursuivre la politique de relance de Draghi

- Avec AFP

Christine Lagarde, future présidente de la BCE, veut poursuivre la politique de relance de Draghi Source: Reuters
Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international et Mario Draghi, président jusqu’à la fin octobre de la Banque centrale européenne photographiés lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Luxembourg, le 18 juin 2015 (illustration).

Répondant aux questions du Parlement européen, Christine Lagarde a dit vouloir maintenir à la BCE la politique de soutien à l'économie de la zone euro imposée par Mario Draghi, malgré les réserves de l’Allemagne et des Pays-Bas.

«Il est clair que la politique monétaire a besoin de rester très accommodante dans un avenir prévisible», a déclaré Christine Lagarde, dans des réponses écrites au Parlement européen publiées le 28 août, dans le cadre de la procédure de validation de sa nomination à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), qui doit devenir effective le 1er novembre.

Elle a même fait miroiter de nouvelles baisses de taux d'intérêt pour les banques, alors que ceux-ci sont déjà à des niveaux historiquement bas en zone euro, en raison de la croissance atone. «Je ne pense pas que la BCE ait atteint le plancher», estime l'actuelle directrice générale du Fonds monétaire internationale et ancienne ministre française de l'Economie.

Christine Lagarde s'inscrit donc dans la lignée de la politique poursuivie jusqu'à présent par l'actuel président de la BCE, Mario Draghi, décidé depuis plusieurs années à éviter un glissement vers la déflation et une nouvelle crise de la zone euro, via l'octroi généreux de liquidités sur le marché et des taux très bas.

Ses propos risquent d'être mal perçus notamment en Allemagne, où plusieurs partis politiques et surtout le secteur bancaire accusent la BCE de ruiner les épargnants du pays ayant placé leurs économies dans des comptes d'épargne.

Certaines banques allemandes ont déjà commencé à taxer leurs clients pour leurs comptes de dépôt. D'autres menacent de le faire, comme cette semaine la Fédération des caisses d'épargne. Beaucoup en Allemagne jugent que la politique généreuse de la BCE est faite pour des pays du sud de l'Europe en difficulté comme l'Italie, l'Espagne ou la Grèce, mais qu'elle ne correspond pas aux besoins de leur pays.

Oliver Bäte, patron du géant allemand de l'assurance Allianz, a estimé le 27 août à Francfort devant le club de la presse économique que la BCE faisait fausse route car selon lui sa politique «retire la pression sur les gouvernements de la zone euro pour assainir leurs finances.» Une allusion aux pays du sud de l'Europe qui enregistrent des déficits publics, alors que l'Allemagne continue d'afficher de confortables excédents budgétaires et une dette contenue dans la limite des 60% de son produit intérieur brut.

Mario Draghi a jusqu'à présent défendu cette politique qui vise à stimuler l'inflation, trop faible aujourd'hui, et qui par ricochet a soutenu la croissance et l'emploi. Pour Christine Lagarde, Mario Draghi a raison. Or la BCE est encore loin d'avoir gagné son pari de l'inflation, dont le taux est resté ces dernières années «constamment sous les niveaux conformes à l'objectif [un peu moins de 2%]».

«L’expansion économique de la zone euro a ralenti récemment [et] les perspectives de croissance sont en baisse», a ajouté Christine Lagarde dans ses réponses écrites pour justifier les mesures de soutien. Elle a toutefois reconnu que des taux bas avaient «des implications pour le secteur bancaire et la stabilité financière en général», une manière de tenter de rassurer l'Allemagne et son secteur bancaire actuellement en grande difficulté, même si c’est plutôt à cause de la crise des subprimes de 2008-2009 que de la politique accommodante de Mario Draghi.

Vérité dans le nord de l'Europe, mensonge au sud

Le conseil des gouverneurs de la BCE est lui-même divisé sur le sujet. Ainsi, le gouverneur de la Banque des Pays-Bas, Klaas Knot, a estimé en début de semaine que l'économie de la zone euro n'était pas assez faible pour justifier une reprise des achats de dette. Quant au président de la Bundesbank, Jens Weidmann, candidat malheureux à la présidence de la BCE, il ne voit lui «aucune raison de céder à la panique».

La prochaine réunion de l'institut francfortois, le 12 septembre, sera suivie de très près. Elle pourrait déboucher sur un train de mesures de soutien avec relance du programme de rachats de dette sur le marché, mis en sommeil fin 2018 après la création de 2 600 milliards de masse monétaire.

Lire aussi : A vingt ans, l’euro a encore peur de devenir une vraie monnaie de réserve face au dollar

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»