Gazprom a battu des records en Europe, mais anticipe des difficultés avec l’Ukraine en 2019

Gazprom a battu des records en Europe, mais anticipe des difficultés avec l’Ukraine en 2019 Source: Reuters
Audacia, le pontier Nord Stream 2, photographié au large de l'île de Ruegen, en Allemagne, le 7 novembre 2018.

Gazprom a conforté sa place de leader du marché du gaz en Europe en 2018. Mais la fin de l’accord de transit avec l’Ukraine par où passe encore la majorité de ses exportations est porteuse d’incertitudes pour 2019 et au-delà.

Le producteur de gaz russe Gazprom a doublé son bénéfice net annuel en 2018. Ce dernier a atteint 1 456 milliards de roubles (20 milliards d’euros) grâce à des ventes record en Europe malgré les pressions exercées par les Etats-Unis sur les Etats membres de l’UE, en particulier l’Allemagne, pour qu’ils se détournent des importations d’énergie russe.

Vers les pays européens et la Turquie, les exportations de gaz ont atteint 202 milliards de mètres cubes l’année dernière. Gazprom a toutefois, déclaré que depuis le début de l’année en cours, ses exportations vers l’Europe avaient diminué, en partie à cause de température plus clémentes. Néanmoins, Gazprom vise toujours plus de 200 milliards de mètres cubes de livraisons de gaz en Europe en 2019.

Ces livraisons représentent près de 70% des recettes gazières de Gazprom qui vend aussi du pétrole. En 2018, sa part du marché européen a atteint un record de 36,7% contre 34,7% en 2017. Mais sa principale voie d'approvisionnement vers  l’Europe (en dehors de la Turquie) passe par l'Ukraine, dont les relations avec Moscou sont au plus bas depuis le rattachement de la Crimée à la Russie par référendum en 2014.

Mikhaïl Malguine, responsable de, Gazpromexport la filiale chargée des exportations, a d’ailleurs annoncé par téléconférence, lors de la publication de résultats annuels le 29 avril, que le géant gazier russe élaborait un plan de secours au cas où sa capacité de transit serait touchée, et remplissait ses installations de stockage en Europe.

En effet, l'accord de transit gazier entre Gazprom et l'Ukraine sera caduc le 1er janvier 2020, et les négociations pour son renouvellement pourraient être difficiles en raison des nombreux contentieux entre la Russie et l’Ukraine ainsi qu’entre Gazprom et Ukrtransgaz société de transit gazier filiale à 100% de la compagnie énergétique publique ukrainienne Naftogaz. En outre, les projets de doublement de la capacité actuelle de 55 milliards de mètres cubes du gazoduc Nord Stream d'ici la fin de l'année semblent menacés.

L’agence de presse Reuters rapporte que lors de la présentation annuelle des résultats, un porte-parole a annoncé que Gazprom élaborait des plans d'urgence au cas où le gazoduc sous-marin Nord Stream-2 en Allemagne serait retardé et que les négociations sur un nouvel accord de transit de gaz avec l'Ukraine échoueraient.

«Nous pompons activement [du gaz vers les réservoirs], en utilisant notre capacité [et ] nous travaillons à la constitution de réserves», a-t-il expliqué. La capacité de stockage de Gazprom en Europe dépasse 5 milliards de mètres cubes.

Préparatifs d'urgence face au risque de blocage du transit l'hiver prochain

Au même moment la société Nord Stream 2, contrôlée par Gazprom a publié un communiqué de presse cité par le quotidien russe Ivzestia dans lequel elle affirme : «Si le gazoduc est achevé à la fin de 2019 et lancé en 2020, les familles européennes auront accès au gaz naturel à un prix de revient inférieur, et économiseront huit milliards d'euros par an.»

De son côté Ukrtransgaz prépare son voisin immédiat, la Hongrie, à des problèmes d’approvisionnement l'hiver prochain et propose de mettre à sa disposition ses importantes capacités de stockage «au cas où la Russie interromprait le transit», l’encourageant, en fin de compte, à augmenter dès maintenant ses achats de gaz Russe.

Depuis la crise russo-ukrainienne de 2014, l’Ukraine a tenté de mettre en place un système de flux inversé qui lui permet ne plus acheter de gaz directement à Gazprom mais aux clients européens de Gazprom qui lui réexpédient du gaz russe en inversant les vannes des gazoducs.

Deux jours avant la publication des résultats annuels de Gazprom, le président russe Vladimir Poutine avait estimé que ce système n’existait «que sur le papier» et que si le transit de gaz via l’Ukraine était bloqué, il n’y aurait pas de livraison de gaz et donc pas de flux inversé. Il avait aussi fait remarquer que depuis que l’Ukraine pratiquait ce système contesté par Gazprom, le coût du gaz pour les Ukrainiens avait augmenté de 50%.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»