Nord Stream 2 : les Etats européens vont-ils résister à la pression américaine ?

Nord Stream 2 : les Etats européens vont-ils résister à la pression américaine ?© Alexey NIKOLSKY / SPUTNIK Source: AFP
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz et le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe, le 3 octobre à Saint-Pétersbourg (image d'illustration).

Le président russe Vladimir Poutine a appelé les pays européens à ne pas céder aux pressions de Washington et à défendre leurs propres intérêts en ce qui concerne le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui doit relier la Russie à l'Allemagne.

A l'occasion d'une rencontre le 3 octobre à Saint-Pétersbourg, le président russe Vladimir Poutine et le chancelier autrichien Sebastian Kurz ont évoqué, entre autres sujets, l'avenir du projet de gazoduc Nord Stream 2.

«Cédant à des pressions extérieures, la Bulgarie a renoncé au projet South Stream. Mais elle le regrette maintenant et parle de la possibilité d’obtenir notre gaz via le gazoduc Turkish Stream. Je ne voudrais pas que l’Europe ressemble à la Bulgarie, manifeste la même faiblesse et se montre incapable de défendre ses intérêts nationaux», a lancé le chef d'Etat russe sur la question, lors d'une conférence de presse conjointe des deux dirigeants.

Vladimir Poutine a fait part de la détermination de la Russie à se battre pour défendre l'accord, alors que celui-ci est dans le viseur de Washington. Il a soutenu qu'il était «très raisonnable» pour les pays européens de ne pas acheter de gaz en provenance d'autres régions, telles que les Etats-Unis, soulignant que le gaz américain coûterait au moins 30% plus cher pour les Etats européens.

De son côté, le chancelier autrichien a assuré que l'engagement des pays impliqués dans le projet était intact. «Les participants européens à ce projet le soutiennent et souhaitent le réaliser», a-t-il affirmé, notant toutefois qu'il était nécessaire de respecter les intérêts de l’Ukraine, «pays de transit important».

Le gazoduc, qui doit relier la Russie à l'Allemagne en passant par la mer baltique, doit être construit par un joint venture entre le géant russe du gaz Gazprom et ses partenaires européens, à savoir le français Engie, l'autrichien OMV, les allemands Uniper et Wintershall, ainsi que le néerlando-britannique Shell.

Les Etats-Unis ne cachent pas leur intention de faire capoter le projet, afin, selon Washington, de «protéger la sécurité énergétique de l'Europe». A la tribune des Nations unies fin septembre, Donald Trump a une nouvelle fois critiqué le choix énergétique allemand qui rendrait selon lui le pays «dépendant de l'énergie russe».

Lire aussi : Réaction perplexe des Allemands face à un Trump les accusant d'être dépendants du gaz russe (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter