Nicolas Dupont-Aignan est «indigné» par «l'amende dérisoire» de HSBC et va proposer une loi

- Avec AFP

Nicolas Dupont-Aignan est «indigné» par «l'amende dérisoire» de HSBC et va proposer une loi © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT Source: AFP
Nicolas Dupont-Aignan veut légiférer sur les transactions négociées par les entreprises, poursuivies pour corruption ou blanchiment de fraude fiscale

Ce 17 novembre, Nicolas Dupont-Aignan s'est dit «indigné» par une décision de justice permettant à HSBC d'échapper à un procès en versant 300 millions d'euros. Le député annonce proposer une loi pour encadrer ces transactions.

Le député Nicolas Dupont-Aignan va déposer une proposition de loi pour interdire les transactions «au-delà de 200 000 euros» en matière de délinquance économique importante, protestant contre une décision de justice qui permet à HSBC d'éviter un procès en versant 300 millions d'euros.

«Je propose une loi: il n'y aura pas de transaction autorisée avec les grandes entreprises pour dissimuler des faits scandaleux comme ça au-delà de 200 000 euros», a annoncé le président de Debout La France ce 17 novembre, au micro de BFMTV-RMC. Il s'est également «indigné» du «traitement de faveur» accordé à la banque qui «va payer une amende dérisoire».

Le parquet national financier a annoncé le 14 novembre que HSBC Private Bank, filiale suisse du géant bancaire britannique, avait accepté de payer 300 millions d'euros pour échapper à un procès pour «blanchiment de fraude fiscale», une procédure inédite et un montant record en France.

Ce dispositif, nommé convention judiciaire d'intérêt public (CJIP), permet à une entreprise, poursuivie pour corruption ou blanchiment de fraude fiscale, de négocier une amende, sans aller en procès ni en procédure de «plaider coupable».

«Pourquoi je suis indigné ? [...] C'est parce que sous l'apparence d'une amende, HSBC va s'en tirer, il n'y aura pas de procès public. On ne saura pas les mécanismes, comment ils ont été organisés, on ne connaîtra pas les noms des 3 000 Français, dont certains très connus sans doute» qui ont profité de ces «mécanismes», a déploré Nicolas Dupont-Aignan. «J'aimerais les connaître», a-t-il insisté.

«Cette procédure nous permet d'obtenir rapidement ce que je n'obtiendrais jamais à l'audience d'un tribunal correctionnel», avait souligné pour sa part Eliane Houlette, procureure du PNF ce 14 novembre.

Il était reproché à la filiale suisse de HSBC d'avoir, via des chargés de clientèle, prospecté en 2006 et 2007 des contribuables en France et d'avoir permis à ces clients de dissimuler des avoirs au fisc, pour au moins 1,6 milliard d'euros, «en toute connaissance de cause», a rappelé le parquet national financier. Deux de ses anciens dirigeants restent pénalement poursuivis.

«Je mène ce combat contre l'injustice fiscale», a affirmé Nicolas Dupont-Aignan, qui a déjà écrit sur le sujet (Les voleurs de la République : enquête sur les parasites fiscaux, Fayard, 2013). «On est revenus à l'Ancien Régime. Les nouveaux seigneurs ce sont les grandes multinationales.»

Le député de l'Essonne déposera sa proposition de loi «dans les jours qui viennent».

Lire aussi : Bahamas Leaks : un célèbre hôtel de Bruxelles mis en cause dans un système d'évasion fiscal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.