JP Morgan s'arrange avec le gouvernement américain pour régler une affaire de corruption en Chine

JP Morgan s'arrange avec le gouvernement américain pour régler une affaire de corruption en Chine© Mike Segar Source: Reuters
Le siège social de JP Morgan à New York.

La banque JP Morgan a trouvé un arrangement financier avec les autorités américaines qui l'accusent de corruption en Chine. Il lui est reproché d'avoir embauché des enfants de dignitaires chinois pour favoriser ses affaires dans le pays.

La banque d'affaires JP Morgan Chase va payer au gouvernement américain plus de 250 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites engagées contre elle depuis 2013 par les autorités fédérales dans une affaire de corruption. Après trois ans d'enquête, la Securities and Exchange Commission (SEC) et le département de la Justice ont découvert que la banque embauchait les enfants d'influents Chinois afin de gagner des marchés dans le pays.

200 millions iront aux autorités fédérales et plus de 50 millions à la Réserve fédérale a confié à Reuters une source sous couvert d'anonymat, qui assure qu'il n'y aura en revanche pas de poursuites à titre individuel.

La SEC, le département de Justice et JP Morgan ont refusé de commenter la décision.

La section de répression des fraudes du ministère de la Justice américain a lancé cette année un programme test ayant pour but de réduire les amendes et les sanctions en échange d'une coopération totale de la part des établissement incriminés.

L'embauche des fils et filles de personnalités chinoises est une pratique courante pour les banques d'investissement. Lors de l'ouverture de l'enquête en 2013, l'auteur d'un microblog sur le réseau social chinois Weibo avait commenté : «JP Morgan ne risque pas d’être le seul à se faire prendre», rappelant que c'était «une pratique habituelle des banques», mais aussi «des entreprises d’Etat chinoises». En 2014, une autre banque, Goldman Sachs, avait été impliquée dans une affaire similaire. Elle avait confié coopérer avec les autorités américaines, mais aucune information n'a pour l'instant filtré sur l'état d'avancement de l'enquête.

A lire aussi : Conflit d’intérêt ? En pleine affaire Kerviel, Sapin embauche un ex-dirigeant de la Société générale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage