Les agriculteurs en colère face aux ministres européens menant la «vie de château» à Chambord

- Avec AFP

 Les agriculteurs réunis devant le château de Chambord © Capture d'écran Twitter
Les agriculteurs réunis devant le château de Chambord

Vingt ministres européens de l'Agriculture sont réunis vendredi au château de Chambord (Loir-et-Cher) afin de trouver un compromis sur la prochaine politique agricole commune (PAC). Des centaines d'agriculteurs se sont mobilisés à l'extérieur.

Les ministres européens de l'Agriculture «mènent la vie de château quand les agriculteurs sont en train de crever», a fait savoir le 2 septembre aux portes du domaine de Chambord le président de la Coordination rurale, Bernard Lannes.

L'organisation a convoqué un rassemblement à l'une des entrées du domaine du château de Chambord (Loir-et-Cher) où sont attendus «au moins 400 paysans». De son côté, la Confédération paysanne a préféré mobiliser ses troupes le 2 septembre au matin devant la préfecture de Blois pour une «distribution de lait».

Lire aussi : Crise du lait : Stéphane Le Foll indique ne pas avoir le numéro de portable du PDG de Lactalis

Invités après l'annonce de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, une vingtaine de ministres de l'Agriculture européens sont réunis le 2 septembre au château de Chambord, pour réfléchir à la prochaine Politique agricole commune (PAC) 2020/25.

«Mener une réunion de crise dans le fastueux château de Chambord, c'est une provocation, ou pour le moins une maladresse», a déclaré à l'AFP le président de la Coordination rurale.

Les agriculteurs réclament «un protectionnisme éclairé»

L'organisation réclame «une aide directe, immédiate et non remboursable, de 500 euros à l'hectare» alors que les agriculteurs sont confrontés à «la pire année depuis la guerre» en raison des aléas climatiques et de la chute des cours. 

«Les trésoreries des exploitations sont exsangues. Aucun secteur n'est épargné : si on continue comme ça, nous allons perdre 30% des agriculteurs», a affirmé Bernard Lannes en précisant que son pronostic est celui des centres de gestion qui suivent la situation des exploitations.

Lire aussi : Crise du lait : les producteurs ont contraint Lactalis à un accord

Au delà de l'aide d'urgence, la coordination rurale réclame «une régulation, un protectionnisme éclairé» pour permettre aux agriculteurs de vivre de leur production.

«Pour le moment, c'est les sacrifices aux agriculteurs, les bénéfices pour les autres : la banque, les assurances, les coopératives, l'industrie agroalimentaire, l'administration et la grande distribution : cela ne peut plus durer !», s'est emporté le président de la coordination rurale.

Lire aussi : Le principal syndicat européen d'agriculteurs réclame la fin de l’embargo russe à la Commission



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales