«Le système nous a vendu Emmanuel Macron»

«Le système nous a vendu Emmanuel Macron»© Philippe Wojazer Source: Reuters
Emmanuel Macron, vainqueur du premier tour de la présidentielle française

La plupart des autres candidats ayant appelé à voter Macron au second tour de la présidentielle, «nous nous dirigeons vers un succès d’Emmanuel Macron qui va être catastrophique pour le pays», s'inquiète Eric Anceau du parti Debout La France.

RT France : Les résultats du premier tour, étaient-ils prévisibles selon vous ?

Eric Anceau (E. A.) : Totalement. C’est ce que nous disons depuis le début. Le système nous a vendu Emmanuel Macron qui est le candidat absolu du système, contre Marine Le Pen. Et le système – vous l’avez vu ce soir, la plupart des candidats ont appelé à voter Emmanuel Macron contre Marine Le Pen – nous nous dirigeons malheureusement (ce n’est pas faute d’avoir averti les Français) vers un succès d’Emmanuel Macron qui va être catastrophique pour le pays.

RT France : Pensez-vous que la victoire d’Emmanuel Macron est déjà décidée ?

E. A. : On n’est jamais sûr de rien, les sondages nous parlent d’un écart de 20 points entre les deux. Nous avons vu que ces sondages se sont quand-même relativement trompés, non pas pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen, mais pour tous les candidats qui suivent. Regardez la percée qu'a faite aujourd’hui Nicolas Dupont-Aignan, qui avait été donné entre 3% et 3,5% et qui est à 5%. Il n’y aurait pas eu les consignes de vote utile, il n’y aurait pas eu les attaques absolument terribles de François Fillon contre lui, il n’y aurait pas eu les médias et on aurait joué véritablement la carte de l’égalité, en particulier avec des débats, il serait à beaucoup plus. Donc tout est possible.

Le système politique français est à reconstruire

RT France : Comment expliquez-vous la défaite des deux partis majeurs du système politique, le PS et les Républicains ?

E. A. : Le pauvre Benoît Hamon avait la très lourde tâche de défendre à la foire le bilan de François Hollande, sans le défendre. Il a mené, me semble-t-il, une mauvaise campagne avec son fameux revenu universel et puis il a pâti de l’envolée, mais envolée, selon moi, bien aidée par le système dans la première phase de Jean-Luc Mélenchon qui ne décollait pas, qu’on a vu brusquement à 48 heures totalement décoller. Tout cela me semble un petit peu curieux.

Quant à François Fillon, il a été totalement disqualifié, il aurait dû se désister au profit de Nicolas Dupont-Aignan et s’il s’était désisté, nous aurions, je pense, au deuxième tour aujourd’hui Nicolas Dupont-Aignan contre Emmanuel Macron, et Emmanuel Macron aurait un sérieux souci à se faire.

RT France : Que disent du système politique français ces résultats du premier tour ?

E. A. : Le système politique français est à reconstruire. C’est ce qu’a proposé aujourd’hui Nicolas Dupont-Aignan dans un contrat de confiance avec les Français dans l’allocution solennelle historique qu’il a prononcée. Je ne peux pas savoir ce qu’il décidera, puisqu’il dépend des instances de son parti. Il réunit demain un bureau national et le conseil national qui est le parlement de son parti, et après les avoir consultés, il prendra la décision qui sera la meilleure, à mon avis, à la fois pour son parti, pour lui et bien évidemment pour l’intérêt national, puisque, en tant que gaullistes, nous n'avons en ligne de mire qu’une chose : l’intérêt national.

RT France : Croyez-vous que Nicolas Dupont-Aignan pourrait soutenir Emmanuel Macron ?

E. A. : C’est la seule éventualité qui est hors de question. Pour le reste, tout est ouvert.

Lire aussi : Présidentielle 2017 : «une volonté de changement et un besoin de renverser la table»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales