Asselineau sur la présidentielle : «La France est en train de foncer vers le désastre»

Asselineau sur la présidentielle : «La France est en train de foncer vers le désastre»
François Asselineau

La crise fondamentale que traverse actuellement la France ne fait que s’aggraver, selon François Asselineau, candidat à l'élection présidentielle, qui se penche sur les résultats du premier tour.

RT France : Quelle est votre lecture des résultats du premier tour de la présidentielle ? Que signifie le fait que les candidats des deux partis de gouvernement n’aient pas été qualifiés pour le deuxième tour ?

François Asselineau (F. A.) : Il y a une crise fondamentale en France qui ne fait que s’aggraver, une crise politique, économique, sociale et morale. A mon avis, la France est en train de foncer vers le désastre. Si les Républicains et le Parti socialiste ont perdu, il y a eu des raisons : François Fillon aurait été élu, s’il n’y avait pas eu ces affaires. S’ils n’ont pas été élus, c’est parce que les Français n’admettent plus les politiques qui leur sont imposées. Les Français n’ont pas encore bien compris que l’origine de ces politiques est l’Union européenne, l’euro et l’OTAN. J’ai essayé de faire passer ce message, malheureusement les élections en France sont truquées. On l’a distingué en permanence dans tous les médias. Il y a eu de grands candidats et des petits. Les derniers ont tous fait 1% des voix, parce que pendant plusieurs semaines ils avaient eu droit à 0,9% du temps de parole. En revanche, les prétendus grands candidats ont eu accès à un très grand nombre d’heures et de couverture médiatique. La situation politique française est donc verrouillée. Les Français ont finalement choisi deux personnalités : Emmanuel Macron, parce que les médias n’ont pas arrêté de le promouvoir et Marine Le Pen, parce qu’elle est considérée comme le seul adversaire parmi les grands candidats.

Emmanuel Macron a été élu sur une escroquerie intellectuelle, morale, politique, médiatique

RT France : Comment expliquez-vous la victoire d’Emmanuel Macron au premier tour ?

F. A. : Il a bénéficié d’une couverture énorme. Ce n’est pas moi qui le dit, les Américains ont inventé un système, et ils ont découvert une espèce de loi électorale : plus on promeut quelqu’un, plus quelqu’un passe dans un média pendant des centaines d’heures, plus il a de bulletins dans les urnes. C’est comme une publicité, c’est comme un lavage des cerveaux. Tout au long de l’année 2017 Emmanuel Macron a bénéficié d’une propagande inouïe, à un moment il a obtenu pendant une semaine jusqu’à 75% du temps de parole réservé pour les responsables politiques sur BFM. Malheureusement, il y a des Français qui se sont laissé impressionner. 23% ce n’est pas énormément non plus, pas vraiment considérable, mais cela a suffi pour qu’il arrive en tête. On ne sait pas très bien ce qu’est son programme. Et quand on le saura, les Français ne seront pas du tout d’accord avec ce programme. Il a donc été élu sur une escroquerie intellectuelle, morale, politique, médiatique. On a fait croire aux Français que c’était quelqu’un de nouveau, qui devait remettre du dynamisme en France, alors qu’il a travaillé pendant cinq ans auprès de François Hollande. Il s’agit un petit peu de recycler François Hollande sous une autre forme.

Le problème en France est que le simple fait de dire Le Pen fait partir 70% des gens

RT France : Quel est votre pronostic pour le deuxième tour ?

F. A. : Emmanuel Macron va être élu, c’est à cela que sert le Front national. C’est la septième fois qu’un membre de la famille Le Pen se présente à l’élection présidentielle. Depuis 1988 on a eu, à toutes les élections, soit Jean-Marie Le Pen, soit sa fille. C’est la deuxième fois qu’ils arrivent au deuxième tour. Le problème en France est que le simple fait de dire Le Pen fait partir 70% des gens. C’est pour cela que les médias et toute l’oligarchie financière on constamment promu Jean-Marie et Marine Le Pen, c’est formidable. Cela permet de faire élire à coup sûr celui qui leur sera opposé. Cela fonctionne ainsi. C’est pourquoi la France est dans une situation de blocage.

Lorsque moi, je dis aux électeurs du FN qu’ils feraient mieux de quitter ce mouvement pour avoir un mouvement de plus large rassemblement, comme celui que j’ai créé, ils me disent :  «Vous avez un petit score, on a plus de chance de gagner avec Marine Le Pen.» Cela se termine à chaque fois de la même façon. Vous allez voir, Emmanuel Macron va être élu au deuxième tour et les partisans de Marine Le Pen diront : «On va se présenter une huitième fois.»

Lire aussi : Macron, un «jeune Kennedy» ou un «Hollande paralysé» ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.