Virage du Maroc vers l'Afrique : la stratégie africaine du Maroc est mûrement réfléchie

Virage du Maroc vers l'Afrique : la stratégie africaine du Maroc est mûrement réfléchie© FADEL SENNA Source: Reuters
Maroc

Il y a une prise de conscience de la part des grandes entreprises marocaines qu’il y a des opportunités économiques dans les pays africains, explique l'analyste Mustapha Tossa.

RT France : Ecofin (The Economic and Financial Affairs Council) estime que le Maghreb en général et le Maroc en particulier se tournent vers le marché africain. Est-ce pour vous effectivement le cas ?

Mustapha Tossa (M. T.) : Oui, c’est effectivement le cas depuis maintenant une quinzaine d’années. Le Maroc a fait le choix d’aller labourer les territoires africains sur le plan économique, chercher des opportunités d’investissement dans un certain nombre de pays africains, parce qu’il a acquis, comme d’autres pays africains, la certitude que ce continent était riche en opportunités économiques et que ses taux de croissance étaient prometteurs.

Il y a une prise de conscience de la part des grandes entreprises marocaines qu’il y a des opportunités économiques sur le territoire des pays africains

RT France : Cela coïncide-t-il avec la relation difficile du Maghreb avec le marché de l’Union européenne ?

M. T. : On peut l’expliquer, mais en tout cas, il y a une prise de conscience de la part des grandes entreprises marocaines qu’il y a des opportunités économiques sur le territoire des pays africains.

Alors, cette démarche économique s’est accompagnée d'une volonté politique, parce que le Maroc préparait son retour au sein de l’Union africaine, et son retour politique, diplomatique et institutionnel pouvait être favorisé par une présence de plus en plus accrue sur la plan économique, par une participation de plus en plus dense dans le tissu économique d'un certain nombre de pays, et puis par des alliances et des contrats économiques gigantesques, ce qui s'est montré par la suite extrêmement favorable et extrêmement rentable. Au moment où le Maroc a formulé le vœu de revenir à l’architecture institutionnelle africaine, il a été porté par sa forte présence et la forte implication économique de ses entreprises dans un certain nombre de pays africains. Ça l’a beaucoup facilité.  

RT France : Croyez-vous que c’est une bonne stratégie ? 

M. T. : C’est une excellente stratégie pour la simple raison qu’elle s’est révélée payante, et des nombreux pays africains ont été sensibles à cette sollicitation économique de la part du Maroc, d’autant plus que la Maroc ne le fait pas sur le tempo de la prédation économique. Il ne vient pas, comme un certain nombre de puissances – on va parler de la Chine, des Etats-Unis et de certains pays européens qui sont dans le marché africain pour faire de la prédation économique pour s’emparer des richesses et des matières premières, et puis les transformer chez eux. Le Maroc, propose une coopération sud-sud, et cette démarche marocaine que le roi du Maroc a incarné dans ses nombreuses tournées africaines, a beaucoup séduit les Africains et a rendu le message et la posture marocaine et la revendication du Maroc de retrouver sa place dans le territoire africain, beaucoup plus naturelle et pertinente.

La stratégie africaine du Maroc est une stratégie mûrement réfléchie

RT France : Cette stratégie va-t-elle perdurer, est-ce une décision de long terme de s’investir dans le marché ?

M. T. : Je crois que la stratégie africaine du Maroc est une stratégie mûrement réfléchie, elle parie sur le long terme. Les projets structurants que le Maroc est en train de lancer avec certains partenaires africains, sont des projets forcément à long terme, et donc cette implication marocaine est vraiment concrète, ce n’est pas quelque chose qui est passager. Le Maroc lie son devenir économique, le devenir des ses structures économiques avec la croissance et le tissu économique des certains pays africains. Et tout le monde est convaincu que c’est vraiment une stratégie qui vise à long terme, à installer le Maroc comme une puissance africaine, comme un hub par lequel transitent et les capitaux venant des pays occidentaux, et les projets d’entreprises d’investissement qui viennent des Etats-Unis, de la Russie, des pays européens et d’un nombre de pays du Golfe.

Et donc le Maroc voudrait être cette dynamo-là qui pourrait être facilitateur de projets et d’investissements, et tout cela pour le bien des citoyens africains. Comme le roi du Maroc le dit chaque fois dans son discours, «nous sommes là pour partager avec vous notre expertise, mais aussi pour partager nos richesses et notre savoir-faire, parce que nous avons un devenir commun». Il y a une prise de conscience que le développement de l’homme africain est la seule stratégie, la seule méthode capable de nous protéger des extrémismes, des affres de la pauvreté et du radicalisme. Il y a une vraie stratégie pour investir dans ces pays de la part du Maroc.

Lire aussi : Jouer «la carte explosive de l'immigration» serait mauvais pour le Maroc comme pour l'Espagne

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage