Projet d'enquête sur le FN : les Etats-Unis «feraient bien de s’occuper de leurs propres affaires»

Projet d'enquête sur le FN : les Etats-Unis «feraient bien de s’occuper de leurs propres affaires»© Alessandro Garofalo Source: Reuters
Marine Le Pen

Si les Etats-Unis initient réellement une enquête sur le financement du Front national par la Russie, ils vont de nouveau se ridiculiser, parce qu'ils n'en ont pas la moindre preuve, estime le député européen Louis Aliot.

RT France : Quelle est votre réaction à l’égard de l’initiative d'un parlementaire américain d’enquêter sur le financement du Front national et de ses liens supposés avec la Russie ?

Louis Aliot (L. A.) : Je crois qu’ils feraient bien de s’occuper de leurs propres affaires avant de regarder celles des autres, surtout en racontant n’importe quoi et en diffamant un parti politique légal d’un pays souverain, historiquement allié des Etats-Unis. Nous, on aurait beaucoup plus à dire, parce que cela a été vérifié, tout l’espionnage généralisé de la France par la CIA et les services américains, de l’allié que nous sommes et d’un certain nombre d’autres pays européens. C’est préoccupant. Mais lancer comme ça une information à la vindicte publique sans en avoir la moindre preuve, et pour cause, parce que cela n’existe pas, je trouve le procédé assez léger. Cela contribue à la décrédibilisation de la parole américaine à l’échelle internationale. On voit bien aujourd’hui que des enquêtes sont menées contre Donald Trump pour savoir s’il n’a pas bénéficié de l’aide de la Russie. Tout le monde se souviendra que les Etats-Unis ont inventé les armes de destruction massive de Saddam Hussein pour cautionner une guerre contre l’avis du Conseil de sécurité et contre le droit international, ce qui a fait plus de 200 000 morts civiles en Irak. Le peuple américain est un peuple ami, nous tenons fermement à cette amitié, mais il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre d’officines aux Etats-Unis ne se comportent pas d’une manière vertueuse et conformément à l’amitié qu’on pourrait attendre d’un allié. 

Les Etats-Unis considèrent que la France est un pays de deuxième zone, une puissance très moyenne 

RT France : Pensez-vous que ce soit légitime qu’un pays étranger enquête sur un parti français qui n’a rien à voir avec son propre pays ?

L. A. : Non, à moins de considérer que ce pays est un vassal. Je pense que les Etats-Unis considèrent que la France est un pays de deuxième zone, une puissance très moyenne et qu’ils ont sur ce pays-là un droit de regard, y compris dans des affaires internes. Je trouve cela assez déplorable et inquiétant.

RT France : Quelles conséquences cette enquête pourrait-elle avoir pour le FN ?

L. A. : Aucune. Il n’y a pas la trace de l’ombre d’un seul million entre la Russie et le FN. Il y a simplement un parti politique qui est à la recherche de financements sur le marché bancaire français, européen et éventuellement ceux d’autres pays étrangers. De ce point de vue-là, nous voulons la transparence totale, parce qu’il s’agit bien d’un prêt bancaire et pas d’un don, c’est-à-dire une somme d’argent prêtée avec intérêt et qui, après un certain délai, est remboursée conformément à la législation et aux textes en vigueur. Les Etats-Unis vont encore une fois se couvrir de ridicule dans cette affaire-là. J’espère que quand Donald Trump arrivera aux affaires, il remettra de l’ordre, y compris dans cette administration.

Nous n’avons à nous justifier de rien vis-à-vis de personne

RT France : Comment le parti va-t-il réagir face à cette enquête ?

L. A. : Mais il n’y a pas d’enquête. C’est un pays étranger qui dit qu’il va faire une enquête. Qu’il fasse son enquête, on est sûr de notre fait, il peut faire ce qu’il veut. Nous sommes à l’élection présidentielle, à la recherche de financements, nous avons une politique étrangère défendue par Marine Le Pen depuis déjà longtemps, qui est multipolaire, de discussions avec la Russie, avec l’Iran, les Etats-Unis, tous les pays du monde. Nous n’avons à nous justifier de rien vis-à-vis de personne. 

Lire aussi : «Les homosexuels, c'est comme le sel» : Jean-Marie Le Pen reparti pour un tour ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales