Vladimir Poutine, lauréat du Nobel de la Paix ? «Ce serait assez naturel»

Vladimir Poutine, lauréat du Nobel de la Paix ? «Ce serait assez naturel»© Sergey Guneev Source: Sputnik
Vladimir Poutine

Le président du Centre de politique des affaires étrangères (CPFA) Fabien Baussart estime que le président russe Vladimir Poutine mérite un prix Nobel de la Paix et entend le proposer au Comité Nobel.

RT France : Vous avez proposé la candidature de Vladimir Poutine pour le Prix Nobel de la Paix. Pourquoi ?

Fabien Baussart (F. B.) : Pour moi c’est assez naturel qu’on puisse décerner le Prix Nobel à Vladimir Poutine pour l’encourager dans ses efforts qui sont déjà importants pour la paix en Syrie et dans la lutte contre le terrorisme de manière forte et décisive en Syrie. Il a aussi engagé récemment des négociations avec la Turquie et l’Iran qui avancent favorablement dans le cas d’un processus politique visant à sortir de la crise, de la guerre en Syrie. Il paraît vraiment important d’encourager ce processus, car je ne vois en Occident aucun pays qui puisse sauver la Syrie de tous ces maux et notamment de celui du terrorisme et des groupes islamistes radicaux. Le seul qui a osé c’est Vladimir Poutine et il faut le reconnaître. Comme j’avais la possibilité de déposer la candidature, et comme mes compatriotes français n’ont pas toujours été très justes vis-à-vis de la Russie et de l’action du président Poutine, j’ai pensé que c’était symboliquement important de faire cette demande auprès du Comité Nobel. Je pense que d’autres personnes se joindront à cet appel.

Les hommes politiques français ne devraient pas être les valets de pays qui financent le terrorisme

RT France : Vladimir Poutine est beaucoup critiqué en France et en Occident en général. Par exemple, à Paris on a éteint la Tour Eiffel en solidarité avec le peuple syrien, les victimes des «bombes russes», comme disait la presse occidentale. Pensez-vous que dans de telles conditions votre initiative va être soutenue ?

F. B. : Oui, car il ne faut pas avoir peur de lancer certaines initiatives. J’imagine bien que tous les Français ne sont pas de cet avis, certains se fourvoient et ne veulent pas voir les choses telles qu’elles sont, notamment le terrorisme, l’islamisme radical. Il y a toute sorte de «politiquement correct» et de discours en France affirmant qu’on veut lutter contre le terrorisme, mais il faut le combattre vraiment. La Russie et le président Poutine ont continué à combattre ces mêmes terroristes à Alep. Et la France reçoit le soi-disant maire d’Alep-Est – qui ne représente pas grand-chose…

RT : Et pourquoi les médias occidentaux sont-ils si hostile aux actions russes ?

F. B. : Certains, aux Etats-Unis et en France, vivent dans un monde qui n’est plus le monde d’aujourd’hui, ils vivent encore sous la guerre froide. Malheureusement ils ont une vue de la Russie simpliste. Il faut revoir cette politique et d’ailleurs c’est l’espoir que nous avons en François Fillon qui j’espère sera élu en mai 2017. J’espère aussi que ce sera un virage de la politique française et qu'elle s’ouvrira à nouveau à la Russie.

La diplomatie française est devenue une diplomatie d’activistes

D’ailleurs François Fillon a fait un geste symbolique récemment en refusant de recevoir le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane. C’est un geste tout-à-fait honorable et il a démontré que les hommes politiques français ne devraient pas être les valets de pays qui financent le terrorisme. J’espère que la France et les autres pays européens retrouveront la voie de la diplomatie et d'un vrai dialogue avec la Russie, même s’il y aura peut-être toujours des désaccords sur certains sujets ; il faut arrêter de diaboliser la Russie et Vladimir Poutine. J’entends des choses absolument invraisemblables : on compare Vladimir Poutine à Adolf Hitler, à Joseph Staline, à Ivan le Terrible, même à Daesh… C’est ridicule ! J’ai presque honte pour mon pays d’entendre dire ce genre de choses. Il faut être sérieux.

Le quai d’Orsay est devenue une espèce d’ONG

Malheureusement, la diplomatie française est devenue une diplomatie d’activistes. Ce ne sont plus des diplomates ; ils ont oublié ce qu’est la diplomatie. Le quai d’Orsay est devenu une espèce d’ONG. Ce n’est pas la vocation du quai d’Orsay d’être une ONG. Aux Etats-Unis actuellement vous avez – même si visiblement cela ne convainc pas tous les Américains –une hystérie anti-russe et anti-Poutine créée par les médias et héritée de la guerre froide. C’est absolument aberrant. C’est de la méconnaissance et c’est le règne de l’inculture.   

RT France : Mais les décisions du comité du prix Nobel de la paix sont souvent motivées par le contexte politique. Pensez-vous que l’attribution du prix à Vladimir Poutine soit possible après toutes les décisions qu’on a vues auparavant, notamment l’attribution du prix Nobel à Barack Obama alors que les forces américaines étaient encore en Irak ?

On peut espérer que d’ici l’automne 2017 on arrivera à un début de résolution du conflit syrien

F. B. : Absolument. Le prix Nobel a été malheureusement décerné à Barack Obama, alors qu’il avait des troupes en Irak et qu’il opérait ailleurs, notamment en Libye – on a vu le résultat, il n’était pas seul d’ailleurs. On a vu aussi le comité Nobel, c’est inégal bien évidemment, mais on l’a vu décerner le prix à Manuel Santos, le président colombien qui a commencé le processus de paix avec les FARCs qui n’est pas terminé, mais qui est une bonne voie. Là, c’est un prix Nobel qui est tout à fait honorable. Il faut présenter cette candidature, c’est une impulsion – ensuite, les événements feront que ça sera possible ou non. Le prix sera décerné en octobre 2017, pendant tout ce temps-là, nous voyons déjà le président Poutine discuter concrètement, ce qui n’a pas été le cas des Occidentaux pendant ces dernières années. Il parle de la Syrie, il parle concrètement d’une paix négociée, d’un processus politique, d’une transition politique en Syrie avec l’Iran et avec la Turquie. La Turquie n’a pas toujours été en phase avec la Russie, maintenant elle a des points de convergence qui font espérer qu’on puisse, par le biais du dialogue entre le Russie et la Turquie, avancer vers une paix négociée en Syrie.

Lire aussi : Défense russe : Moscou, Ankara et Téhéran prêts à être garants de la résolution de la crise syrienne

RT France : L'élection de Donald Trump pourrait-elle aussi influencer la donne ?

F. B. : Donald Trump a démontré qu’il était ouvert à un vrai dialogue avec la Russie, notamment sur la Syrie, et aussi sur l’Ukraine. On observe une espèce d’alignement de la planète, si j’ose dire, qui fait qu’il y a un véritable espoir que l’année 2017 soit celle d’une nouvelle diplomatie, avec un nouveau secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. On a vu, et on verra au cours de l’année 2017, certains changements aux Etats-Unis et probablement en France. On a vu un changement de la politique de la Turquie. Et on peut espérer aboutir à une réelle solution en Syrie. Il y a bien d’autres événements, et tout cela fait qu’on peut espérer que d’ici l’automne 2017 on arrivera à un début de résolution du conflit syrien.

Lire aussi : Alep : «L'Occident est aujourd'hui aveugle et ne veut voir que ce qu’il a envie de voir en Syrie»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales