Poutine mérite le prix Nobel de la Paix selon la conseillère à la sécurité nationale de Donald Trump

Poutine mérite le prix Nobel de la Paix selon la conseillère à la sécurité nationale de Donald Trump© Sergei Ilnitsky Source: Reuters
La nouvelle conseillère à la sécurité nationale de Donald Trump écrivait en 2013 que le président russe méritait le prix Nobel de la Paix

Donald Trump a nommé le 25 novembre une conseillère à la sécurité nationale qui avait expliqué en 2013 que Vladimir Poutine méritait «vraiment le prix Nobel de la Paix» pour sa gestion du démantèlement des armes chimiques du gouvernement syrien.

KT McFarland, la conseillère adjointe à la sécurité nationale nommée le 25 novembre par Donald Trump va à n'en pas douter donner de l'urticaire aux «faucons» de Washington.

En plein cœur de la crise syrienne en septembre 2013, elle tenait des positions à l'opposée de la classe dirigeante : «Poutine est celui qui mérite vraiment le prix Nobel de la Paix» était le titre de son éditorial publié sur le site internet de Fox News. 

Dès le début, elle n'y est pas allée par quatre chemins : «Dans une des manœuvres diplomatiques les plus habiles de tous les temps, le président russe a sauvé le monde d'un désastre certain.»

Elle analysait l'épisode du démantèlement de l'arsenal chimique syrien comme un coup de maître du Kremlin. Elle rappelait qu'au plus fort de la crise syrienne, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait fait un commentaire – imprudent pour les va-t-en guerre – affirmant qu'une attaque contre le régime de Damas ne serait pas nécessaire si Bachar el-Assad permettait le démantèlement de son arsenal chimique, le tout supervisé par un organe international.

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et son homologue syrien avaient immédiatement sauté sur l'occasion, expliquant : «On peut vivre avec ça.» Impossible après ça pour Washington de pousser sa rhétorique guerrière. Un accord était signé dans la foulée par les Etats-Unis et la Russie pour que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) contrôle le démantèlement des armes chimiques, et tout le monde pouvait sortir par le haut de cette histoire.  

La future conseillère de l'administration Trump avait finalement visé juste, cette année là. En effet, le prix Nobel décerné à l'OIAC pour son travail en Syrie.

Lire aussi : Obama, le premier prix Nobel à en bombarder un autre ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.