«Si c’est Hillary Clinton qui est élue, ce sera une catastrophe pour la Syrie»

«Si c’est Hillary Clinton qui est élue, ce sera une catastrophe pour la Syrie»

Le Pentagone a dès le début été opposé à l'idée de l'accord, au processus politique, soutenant l'idée d'une intervention militaire sur le terrain, estime l'écrivaine franco-syrienne Randa Kassis.

RT France : Le 25 octobre, il y a eu une annonce à Paris concernant le fait que la coalition allait préparer une opération militaire sur le territoire syrien pour reprendre Raqqa. Etant donné qu'une opération se tient au même moment à Mossoul, est-ce une bonne idée d’entamer une autre action militaire et ce, sans l'autorisation du gouvernement syrien ?

Randa Kassis (R. K.) : La coalition internationale ne demandera certainement pas l’autorisation du régime syrien pour intervenir à Raqqa. Je me demande si la coalition internationale décide de reprendre Raqqa parce qu’elle souhaite vraiment reprendre quelques zones à l’Etat islamique ou plutôt pour être présente sur le terrain, surtout face à Alep, à la perte d’Alep annoncée depuis plusieurs jours. La reprise d’Alep par le gouvernement syrien donnera beaucoup plus d’avantage au gouvernement et à la Russie qu’aux Etats-Unis, bien sûr. Il ne faut pas oublier que les Etats-Unis sont en train de perdre leurs alliés, les Kurdes qui sont sur le terrain, puisqu’ils laissent les Turcs frapper leurs alliés. Ceux-ci vont certainement changer de stratégie en Syrie. La coalition souhaite équilibrer les données sur la Syrie en Syrie-même, sur le terrain, afin de négocier après avec la Russie.

Les Etats-Unis, la France, l’Angleterre, qui n’ont pas cessé de critiquer la Russie pour l’offensive à Alep et de parler de crimes de guerre, feront la même chose

RT France : Il y a déjà eu une tentative de reprise de Raqqa avec l’aide kurde, avec une offensive sur Manbij, mais tout cela a échoué. La coalition recommence-t-elle ? Fait-elle comme si la dernière tentative n’avait pas eu lieu ?

R. K. : La question est si ce sera facile pour eux de reprendre Raqqa, je n’y crois pas trop. Raqqa sera bombardée, il y aura pas mal de morts, de civils. Les Etats-Unis, la France, l’Angleterre qui n’ont pas cessé de critiquer la Russie pour l’offensive à Alep, de dire que ce sont des crimes de guerre... mais ils feront la même chose, ce sera une bataille sans merci, et cela durera pas mal de temps.

RT France : Le fait que c’est annoncé à Paris, cela veut-il dire que la France va également participer à cette opération ? Plus généralement, par quelles forces l'opération va-t-elle être réalisée, vu que sur le terrain, il n'y a que les troupes du gouvernement syrien ou les Kurdes ?

R. K. : La France y participera, bien sûr, ce sera le trio des Etats-Unis, de la France et de l’Angleterre, puisqu’ils mènent toujours la même politique, sans aucune volonté de reprendre le processus politique. Ces trois pays souhaitent toujours une solution militaire et ils le feront, le gouvernement français présidé par François Hollande participera à cette offensive. Après, il faut voir qui sont les alliés sur le terrain, cela se passera-t-il avec des Kurdes qu'ils sont en train de lâcher pour les Turcs ? Les Kurdes resteront-ils vraiment les alliés des Etats-Unis et mèneront-ils cette offensive sur le terrain avec eux ? C’est à voir.

Si Hillary Clinton est élue, ce sera une catastrophe pour la Syrie, cela veut dire que la même politique rigide, stupide va continuer

RT France : Certains analystes disent que cette annonce s'inscrit dans une logique de communication, car elle survient à moins de 15 jours des présidentielles aux Etats-Unis et donc rien ne va être fait dans l’avenir proche. Etes-vous d’accord ?

R. K. : C’est vrai qu’il faut attendre surtout les élections aux Etats-Unis, parce que les élections en France ne changeront pas grand-chose, ce sont les élections américaines qui sont décisives. Il faut savoir que le Pentagone a tout fait pour saboter l’accord entre Sergueï Lavrov et John Kerry, ayant été contre cet accord, contre un processus politique dès le départ, et pour intervenir militairement en Syrie, sur le terrain. Est-ce la décision du Pentagone ? Je suis plutôt de cet avis. Le Pentagone a pris la décision d’intervenir en Syrie et reprendre Raqqa afin de voir un nouveau président. Si c’est Hillary Clinton qui est élue, ce sera une catastrophe pour la Syrie, cela veut dire que la même politique rigide, stupide va continuer. D'ailleurs, elle n’arrête pas de déclarer, avec tous ceux qui sont dans son entourage, qu’ils veulent armer les islamistes rebelles. Nous savons très bien que Clinton, de toute façon, a toujours soutenu les islamistes modérés ou radicaux, ce qui est la même chose, c’est un jeu de mots. Ensuite, elle va affronter la Russie, parce qu’elle considère la Chine, l’Iran et la Russie comme des ennemis. Malheureusement, c’est une politique stupide et rigide des Etats-Unis, si elle est élue, ce sera un bouleversement. 

Lire aussi : Jeu de mots mortel des Américains en Irak : les «dommages collatéraux» contre «combattants ennemis»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales