Spécialiste des questions européennes, Pierre Lévy dirige la rédaction du mensuel Ruptures. Précédemment, il a été journaliste au sein du quotidien L’Humanité, ingénieur et syndicaliste. Il est l’auteur de deux essais et un roman.

Berlin et Paris veulent relancer l’intégration militaire européenne

Des soldats français© Emma Farge Source: Reuters
Des soldats français

«L’Europe de la Défense», le «Quartier général» européen et l'académie militaire commune : manœuvre politique pour rassurer les peuples européens ou projet prometteur ? Le spécialiste des questions européennes Pierre Lévy nous livre son analyse.

Les ministres allemand et français de la Défense ont jeté, dimanche 11 septembre, un pavé dans la mare. Ils l’ont fait discrètement, comme c’est souvent le cas en matière européenne, en envoyant une missive commune à Federica Mogherini, le chef de la politique étrangère de l’UE. Le document devrait être présenté aux chefs d’Etat et de gouvernement lors du sommet informel du 16 septembre, à Bratislava. 

Si la manière est discrète, le contenu n’a rien d’anodin. Il s’agit de donner un brusque coup d’accélérateur à ce qu’il est convenu d’appeler «l’Europe de la Défense», en réalité l’intégration militaire. Depuis des années, on se lamente à Bruxelles des «avancées bien trop lentes» dans ce domaine.

Car du côté du Royaume-Uni, la perspective d’une «défense européenne» ne suscitait qu’un enthousiasme très modéré. A Londres, on a longtemps estimé que cette ambition doublonnerait inutilement les structures de l’Alliance atlantique.

A Berlin comme à Paris, on s’appuie sur une supposée aspiration des citoyens à un renforcement des outils militaires censés les «protéger»

Or le 23 juin, les dirigeants européens ont encaissé l’un des coups les plus rudes du dernier demi-siècle : le peuple britannique décidait de sortir de l’UE, et entendait ainsi reprendre la main sur les décisions déterminant son propre avenir. En plein désarroi, le Conseil européen décidait alors de tenir en septembre un sommet «informel» avec un objectif : tenter de convaincre que l’Union européenne pourra survivre, malgré ce choix britannique potentiellement contagieux.

Le thème général a finalement été choisi : marteler que l’UE est capable «de répondre aux aspirations de sécurité des citoyens». Discourant le 14, le président de la Commission, l’a abondamment répété.

Outre la «sécurité intérieure» (un thème sur lequel il y eut déjà  un «papier franco-allemand» en août), c’est donc la «sécurité extérieure» qui est mise en avant. A Berlin comme à Paris, on s’appuie sur une supposée aspiration des citoyens à un renforcement des outils militaires censés les «protéger» ; et on fait de nécessité vertu : puisque le Royaume-Uni s’en va, c’est le moment où jamais d’accélérer en matière de «défense».

Le moment est mûr pour un «Schengen de la Défense», ont déclaré les ministres allemand et français

D’autant que les Vingt-sept semblent plus que jamais divisés sur de nombreuses questions importantes : économie (plus ou moins d’austérité), réfugiés (qui doit en supporter le poids), institutions (plus ou moins de pouvoir à la Commission)… Sur la défense en revanche, les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Tchéquie, Slovaquie) disent être prêts à une «avancée» européenne – voire à une armée européenne.

Bref, le moment est mûr pour un «Schengen de la Défense», ont indiqué les ministres allemand et français, marquant ainsi l’ampleur de leur ambition (de manière au demeurant quelque peu maladroite, tant les accords de Schengen sur la libre circulation sombrent actuellement de toutes parts…).

Concrètement, le document signé par Ursula Van der Leyen et Jean-Yves Le Drian propose la mise en place d’un Quartier général permanent européen et d’un commandement médical conjoint, le partage d’un centre logistique pour les équipements stratégiques, de même que le partage du renseignement et de la surveillance satellitaires.

L’Eurocorps, à Strasbourg, pourrait contribuer à la planification d’opérations. La capacité de déploiement des «groupements tactiques» (jusqu’ici jamais utilisés) serait facilitée. Et un budget européen unique serait consacré à la recherche militaire commune, ainsi qu’au développement de matériels communs (satellites, drones, cyberdéfense…).

Rien ne dit en effet que les bruits de bottes soient de nature à amadouer des peuples toujours plus rétifs à l’intégration européenne

Cerise sur le gâteau, une académie militaire commune serait créée afin de favoriser un «esprit de corps».

Ces projets ambitieux pourraient être menés à bien même si certains pays ne souhaitaient pas s’y joindre : le mécanisme dit de « coopération structurée », prévu par les traités, permettrait à un groupe pionnier d’aller de l’avant, même sans unanimité.

Il reste que le chemin pourrait être semé d’embûches. Rien ne dit en effet que les bruits de bottes – même affublés du prétexte de «plus de sécurité» – soient de nature à amadouer des peuples toujours plus rétifs à l’intégration européenne, bien au contraire.

De nombreux propagandistes de l’UE ont longtemps justifié cette dernière par la nécessité de «faire contrepoids aux Etats-Unis». Hélas pour cette thèse (absurde), il s’avère que le projet franco-allemand a été mis au point en marge… du sommet de l’OTAN tenu à Varsovie en juillet dernier.

Et à propos dudit projet, Mme Van der Leyen a confié à Reuters : «c’est ce que les Américains attendent de nous».

A défaut d’être rassurant, voilà qui a au moins le mérite de la clarté.

Lire aussi : Prête pour un partenariat avec l’OTAN, la Russie invite des experts militaires pour négocier

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales