Ministre de la défense russe : «On ne doit pas confondre ordre international avec ordre américain»

Ashton Carter et Sergueï Choïgou Source: Reuters
Ashton Carter et Sergueï Choïgou

Washington confond ordre international avec ordre des Etats-Unis, selon le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou en réponse aux accusations de son homologue américain Ashton Carter qui imagine Moscou saper les règles internationales.

«Ce sont les Etats-Unis, avec leur partenaires occidentaux, qui détruisent constamment les fondations essentielles du monde existant, à commençer par la Bosnie, le Kosovo et pour finir avec l’Irak et la Libye», lit-on dans la communiqué du ministère de la Défense russe publié en réponse aux commentaires d’Ashton Carter.

Devant les étudiants de l’université d’Oxford, ce dernier a en effet accusé la Russie d’avoir pour but de changer l’ordre du monde. Et il n'a pas mâché ses mots, déclarant que Moscou poursuivait «l’ambition évidente d’éroder l’ordre international».

Affirmant que Washington «ne cherch[ait] pas un ennemi en Russie», il a accusé Moscou de «brandir ses armes nucléaires» et de violer le territoire d’autres pays.

Réagissant aux commentaires d’Ashton Carter, Sergueï Choïgou a mentionné le bombardement par l’OTAN de l’ex-Yougoslavie en 1999. «Depuis, on voit que les Etats-Unis commettent les mêmes erreurs en Irak, en Afghanistan, en Libye et dans d’autres pays. Au lieu de tirer des leçons, le Pentagone continue ses pratiques», a-t-il ajouté.

Sergueï Choïgou a en outre suggéré que le temps était venu pour le Pentagone de «changer quelque chose dans cette stratégie» et de ne pas accuser la Russie, la Chine et d’autres pays de ses propres échecs.

En conclusion, le chef de la Défense russe a fait remarquer que «maintenir l’ordre international» était une tâche de l’ensemble de la communauté international et pas seulement celle du Pentagone.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales