Michel Collon est écrivain, journaliste indépendant et fondateur du Collectif Investig’Action, qui anime le site Internet michelcollon.info. Il est spécialisé dans l’analyse des stratégies de guerre, des relations Nord-Sud et des médiamensonges.

Développement du libre-échange : en route vers une nouvelle guerre mondiale ?

La Statue de la Mère-Patrie faisant partie du Musée de la Grande Guerre patriotique de Kiev, en Ukraine© Valentyn Ogirenko Source: Reuters
La Statue de la Mère-Patrie faisant partie du Musée de la Grande Guerre patriotique de Kiev, en Ukraine

Dans une série d'articles consacrés à une réflexion autour du livre de Robert Charvin, Faut-il détester la Russie ?, l'écrivain Michel Collon songe à la courte mémoire des Européens quant à la Seconde Guerre mondiale.

Faut-il être un partisan des politiques de Vladimir Poutine pour chercher à voir clair dans ces problèmes ?

La question n’est pas de savoir si on partage les options politiques et sociales de Poutine. La question n’est pas de savoir ce que pourrait devenir un jour la Russie, avec Poutine, ou après lui. La question est de savoir si aujourd’hui, en 2016, on accepte que le monde entier soit dirigé par les Etats-Unis et leurs alliés. Et aussi que l’info internationale soit dominée par leur version. La question est de savoir si un tel monde unipolaire n’est pas très dangereux pour nous tous. Qu’on soit de droite ou de gauche, qu’on vive ici ou là-bas.

Il est paradoxal que les «gentils Occidentaux» violent constamment le droit international tandis que les «méchants Russes» le respectent

On a le droit de ne pas aimer Poutine si on est de gauche, on a le droit de penser que le système économique et social mis en place en Russie va engendrer de grands problèmes. Mais cela ne donne pas à l’Ouest le droit de multiplier les guerres d’intervention et les ingérences. Les contradictions économiques et sociales internes à un pays sont une chose, et les contradictions entre nations avec des systèmes différents en sont une autre. On ne les règle pas de la même façon.

D’ailleurs, le droit international et la Charte de l’ONU interdisent de recourir à la guerre. La seule politique légale est de laisser les peuples décider eux-mêmes de leur système et de leurs dirigeants ; c’est aussi la seule base possible pour un monde en paix. Il est donc paradoxal que les «gentils Occidentaux» violent constamment le droit international tandis que les «méchants Russes» le respectent. Et il est très paradoxal que sur ces problèmes nos médias appliquent systématiquement le «deux poids, deux mesures». Ainsi, le Kosovo a droit à faire sécession, mais la Crimée n’aurait pas ce droit. Un coup d’Etat à Kiev est applaudi mais les provinces de l’Est ukrainien ne pourraient refuser un gouvernement truffé de pronazis. Et enfin, si les Etats-Unis bombardent en Syrie, tout va bien, mais si la Russie (à l’invitation du gouvernement) fait de même, rien ne va plus. A quoi rime cette hypocrisie ?

En dehors de l’Europe et de ses préjugés, beaucoup de gens jugent préférable un monde multipolaire

Après 1989, les relations internationales ont été dominées par une superpuissance unique, les Etats-Unis, se considérant comme le gendarme du monde. Et donc autorisés à briser toute révolte démocratique ou sociale et à faire la guerre ou des coups d’Etat un peu partout pour placer les «bons dirigeants» un peu partout. Actuellement, ça nous fait presqu’une guerre par an, si on compte aussi les guerres non déclarées et menées par des intermédiaires de Washington.

Mais en dehors de l’Europe et de ses préjugés, beaucoup de gens jugent préférable un monde multipolaire. C’est-à-dire que les grandes puissances rivales - USA, Europe, Russie, Chine, voire d’autres – seraient plus ou moins en équilibre. Ceci laisserait davantage de marges de manœuvre aux nations moyennes et petites soucieuses de leur indépendance, de leur développement autonome, du respect de leur Nature et de la Justice sociale.

Petite guerre deviendra… ?

Voilà déjà une raison très générale et suffisante pour écouter attentivement Charvin. Mais on peut aussi approfondir la réflexion.

Qu’est-ce qui a mis le feu aux poudres en Ukraine ? Le refus du Président Ianoukovitch de signer avec Bruxelles un accord de libre-échange qui lui était défavorable. Alors, il a préféré se rapprocher de Moscou.

Si vous vous lancez sur le chemin des «petites guerres» qui ne sont dangereuses que pour les peuples locaux, bien entendu vos rivaux auront la même idée que vous

Or, n’est-ce pas le développement du capitalisme aux Etats-Unis et en Europe et à sa suite le développement du «libre-échange» qui a produit une concentration phénoménale de richesse et de pouvoir entre les mains d’une poignée de dirigeants de multinationales, industrielles ou bancaires ? N’est-ce pas cette concentration qui a provoqué une croissance tout aussi vertigineuse de l’écart entre riches et pauvres ? N’est-ce pas cet écart qui plonge toute l’économie dans une crise fondamentale depuis des décennies : les uns étant capables de vendre toujours plus et les autres étant incapables d’acheter ce qu’ils produisent ? N’est-ce pas pour cette raison que tant de capitaux inutilisés dans le Nord se battent pour trouver d’autres débouchés ailleurs, donc pour conquérir le Sud et ses matières premières, ses marchés en expansion et aussi ses main-d’œuvre très rentables ? N’est-ce pas cela la cause essentielle de toutes  ces guerres auxquelles nous assistons aujourd’hui et qui sont fondamentalement des guerres de recolonisation et/ou de repartage du monde entre puissances ?

Avant 1914-18, presque tous les observateurs pensaient qu’un compromis allait être trouvé et qu’on s’arrêterait à temps ou bien que la guerre serait très brève. Résultat : dix millions de morts

Le problème est que cet engrenage risque de nous conduire tous vers une Troisième Guerre mondiale. Pour une raison bien simple, et qui n’a rien à voir avec les sentiments des uns ou la morale des autres. Quand vous dirigez une multinationale qui domine un secteur de l’économie mondiale, quand vous n’arrivez plus à faire «assez de profits» (selon les critères de la Bourse) et que vos rivaux menacent de vous faire disparaître, n’allez-vous pas tout faire pour sauver votre peau et vos privilèges ? Par exemple, une «petite guerre locale» pour contrôler en toute sécurité la matière première que vous travaillez : énergie, minerai ou autre ? Mais si vous vous lancez sur le chemin des «petites guerres» qui ne sont dangereuses que pour les peuples locaux, bien entendu vos rivaux auront la même idée que vous. Alors, comment ferez-vous pour vous arrêter sur ce dangereux chemin ? Tout d’un coup, vous déciderez d’arrêter sur base de principes moraux ou sur base d’un compromis trouvé avec vos rivaux ? Mais la question restera : lequel mangera l’autre ?

Avant 1914-18, presque tous les observateurs pensaient qu’un compromis allait être trouvé et qu’on s’arrêterait à temps ou bien que la guerre serait très brève. Résultat : dix millions de morts. Avant 1940-45, ce fut pareil. Résultat : cinquante millions de morts.

Et vous pensez que les dirigeants des multinationales d’aujourd’hui sont de meilleures personnes que ceux d’hier ? Vous êtes prêts à prendre le risque ?

DU MÊME AUTEUR : A quoi sert la diabolisation de la Russie ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales