Les juifs grecs demandent 25 millions d’euros de réparations à l’Allemagne

Le survivant de l'Holocauste Heinz Kounio Source: Reuters
Le survivant de l'Holocauste Heinz Kounio

70 ans après, les leaders juifs en Grèce demandent des réparations de plus de 25 millions d’euros à l’Allemagne en lien avec l’occupation nazie, Hitler ayant forcé les juifs à payer le prix de leur transport dans les camps de concentration.

En savoir plus : La Grèce propose à Berlin «une commission conjointe» sur les réparations de guerre de 1939-1945

En 1943, environ 58 585 Juifs ont été chargés dans des trains à Thessalonique pour être déportés dans des camps de concentration en . Comme pour remuer le couteau dans la plaie, les juifs ont été forcés à payer le coût du transport qui a dépassé deux millions de reichsmarks sur toute l’année, soit près de 25 millions d’euros actuellement.

David Saltiel, président de la communauté juive de Thessalonique, a déclaré que les réparations allemandes pourraient financer la construction d’un monument de l'Holocauste sur le site de la gare d’où les Juifs sont partis pour la Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale.

«Ce serait une grande opportunité si le gouvernement allemand décidait de contribuer, l’argent versé viendrait à point nommé», a annoncé à Newsweek David Saltiel.

Presque 60 000 Juifs grecs – près de 75% de la population juive de  à l’époque – ont péri pendant l'Holocauste, selon le musée et centre de recherche Yad Vashem. Les nazis ont déporté plus de 45 000 personnes de Thessalonique dans le camp de concentration d'Auschwitz en Pologne.

La demande de la communauté juive grecque a été annoncée au moment où le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras, suivant les pas des derniers gouvernements grecs, essaie d’obtenir des réparations Berlin pour un prêt forcé de plus de 476 millions de reichsmarks (& milliards d’euros) à l’Allemagne nazie.

En savoir plus : Un couple allemand verse 875 euros à la Grèce comme réparation pour la Seconde guerre mondiale

Les occupants nazis, en 1942, ont forcé la Grèce à fournir un prêt sans intérêt de 568 millions de reichsmarks (7,1 milliards d’euros).

«Ce n’est pas une question matérielle, c’est une question morale», a annoncé aux journalistes le Premier ministre grec après sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin lundi.

Angela Merkel, en face, est intransigeante : selon elle, il n’y aucun rapport entre la fourniture de fonds d'urgence supplémentaires à Athènes et la question du remboursement des dettes de  nazie. «Pour le gouvernement allemand, la question des réparations est politiquement et juridiquement  fermée», a-t-elle déclaré.

Alexis Tsipras a démenti les rumeurs selon lesquelles la Grèce pourrait saisir des biens allemands pour couvrir ses demandes.

«Aucun  membre de ce gouvernement n’a exprimé l’intention de la Grèce de récupérer les bâtiments dont l’Allemagne était propriétaire –ces rumeurs ont battu leur plein récemment, de même que l’idée de mettre fin aux grandes activités de l'Institut Goethe en Grèce», a affirmé le Premier ministre grec. «Rien de cela n’est vrai», a-t-il poursuivi.

La semaine dernière, les juifs grecs de Thessalonique, la plus grande communauté juive en Grèce avant la Seconde Guerre mondiale, ont commémoré le 72ème anniversaire de la première vague de déportations nazies au camp de concentration d'Auschwitz.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales