L'Ukraine s'en prend à la France après l'appel de Macron à «ne pas humilier la Russie»

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, le 10 mai 2022 (image d'illustration).© Valentyn Ogirenko Source: AP
Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, le 10 mai 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a fustigé l'appel du président français Emmanuel Macron à «ne pas humilier la Russie», jugeant que cette position ne pouvait qu'«humilier la France».

«Les appels à éviter l'humiliation de la Russie ne peuvent qu'humilier la France ou tout autre pays. Car c'est la Russie qui s'humilie. Nous ferions tous mieux de nous concentrer sur la façon de remettre la Russie à sa place. Cela apportera la paix et sauvera des vies», a écrit le 4 juin sur les réseaux sociaux le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

Cette publication survient au lendemain d'une interview accordée par le président français Emmanuel Macron à la presse quotidienne régionale dans laquelle le chef d'Etat français avait appelé à «ne pas humilier la Russie». «[Et ce,] pour que le jour où les combats cessent, nous puissions construire une rampe de sortie par des moyens diplomatiques [...]. Je suis convaincu que c'est le rôle de la France d'être une puissance médiatrice», a en effet déclaré Emmanuel Macron.

A la mi mai déjà, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait lui-même reproché à son homologue français de vouloir «faire des concessions diplomatiques» à la Russie, accusation face à laquelle l'Elysée s'était rapidement défendu.

Un dialogue franco-russe en dents de scie

Bien que le président français soit l'un des rares dirigeants occidentaux à entretenir un dialogue avec Vladimir Poutine, la diplomatie russe a, à plusieurs reprises, reproché à Paris ses livraisons d'équipement militaire à destination de l'Ukraine

En choisissant d'effectuer des livraisons d'armes, y compris offensives, à Kiev, la France «alimente le nationalisme ukrainien et le néo-nazisme», avait par exemple estimé le ministre russe des Affaires étrangères le 29 mai lors d'un entretien accordé à LCI, au cours duquel il a accusé l'armée ukrainienne et le bataillon Azov d'utiliser les civils comme boucliers humains et de placer «des armes lourdes dans les zones résidentielles, près des écoles, des hôpitaux et près des jardins d’enfants». Le chef de la diplomatie russe avait également déploré à cette occasion que la France «réclame une guerre jusqu’au bout pour vaincre la Russie».

Il est en outre à noter que Paris, comme nombre d'autres chancelleries occidentales, a multiplié ces derniers mois les sanctions contre la Russie, en réaction à son opération militaire en Ukraine.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix