L'ex-dirigeant du groupe russe Sibur conteste en justice les sanctions européennes le frappant

- Avec AFP

Une installation de production de polypropylène de Tobolsk-Polymer, une filiale de la société pétrochimique russe Sibur à Tobolsk.© Alexey NIKOLSKY / RIA NOVOSTI Source: AFP
L'ex-dirigeant de la société pétrochimique russe Sibur conteste légalement les sanctions européennes contre lui devant la CJUE (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dmitri Konov, ancien dirigeant du groupe pétrochimique russe Sibur, s'est porté devant la CJUE pour contester les sanctions européennes qui le frappent. «C'est une question de principe, ce n'est pas juste», se défend-il.

L'homme d'affaires russe Dmitri Konov, qui a dirigé pendant plus d'une décennie le groupe Sibur, fleuron russe de la pétrochimie, a porté plainte auprès de la Cour de justice européenne (CJUE) pour contester les sanctions qui le frappent.

Cette plainte contre le Conseil de l'UE a été enregistrée le 1er juin et est apparue le 3 juin sur le site de la CJUE. Dmitri Konov rejoint ainsi le nombre croissant de Russes contestant légalement leur inclusion dans la liste des sanctions européennes, comme Piotr Aven et Mikhaïl Fridman d'Alfa Bank ou Roman Abramovitch.

«Je ne pense pas que ce soit une décision juste sur la base de ce qui est fourni comme preuve et sur la base du raisonnement énoncé dans la décision du Conseil de l'UE», a déclaré Dmitri Konov à l'AFP. «Les preuves ne sont pas assez fortes pour me désigner», a-t-il renchéri.

Devenu PDG de Sibur en 2006, il s'est retiré de toutes ses fonctions au sein du groupe après son ajout aux listes de sanctions européennes et britanniques au mois de mars, dans le cadre des mesures visant la Russie pour son opération militaire en Ukraine. Il reste un des actionnaires minoritaires du groupe.

«Nous sommes une entreprise privée et les arguments [...] selon lesquels l'entreprise fournit une source de revenus substantielle au gouvernement responsable de la déstabilisation de l'Ukraine ne sont pas valables», a-t-il encore ajouté, assurant que la majorité de ses impôts étaient payés au niveau régional et non fédéral.

«C'est émotionnellement difficile», plaide Dmitri Konov 

«Mes actifs en Europe ne sont pas énormes, je ne suis pas une personne extrêmement riche. Je ne possède pas grand-chose en Europe, à part une maison achetée à crédit et un petit compte bancaire», a encore déclaré Dmitri Konov.

La dernière fois qu'il est apparu dans la liste du classement des plus riches Russes dans la version russe de Forbes, en 2020, Dmitri Konov arrivait en 195e place avec une fortune estimée à 450 millions de dollars. «C'est une question de principe, ce n'est pas juste. J'ai beaucoup d'amis en Europe. J'ai fait mes études en Europe, j'ai travaillé en Europe pendant un certain temps, donc pour moi, c'est émotionnellement difficile», a-t-il conclu. Estimant que les sanctions étaient un «instrument douteux en soi», Dmitri Konov a indiqué qu'il contesterait «en temps voulu» les sanctions britanniques.

Le groupe Sibur ne publie pas actuellement la liste de ses actionnaires, mais les principaux ont pendant des années été Leonid Mikhelson, magnat du gaz naturel liquide, et Guennadi Timtchenko. Dimitri Konov détenait lui 2,75% lorsqu'il a été frappé par les sanctions européennes. L'ancien Premier ministre français François Fillon siégeait au conseil d'administration de Sibur depuis décembre 2021, avant d'en démissionner le 25 février 2022.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix