Le Royaume-Uni pas gêné par d'éventuelles frappes de Kiev en Russie avec des armes britanniques

Le Royaume-Uni pas gêné par d'éventuelles frappes de Kiev en Russie avec des armes britanniques© Yasuyoshi CHIBA Source: AFP
Un soldat ukrainien près de Sloviansk dans l'est du pays, le 26 avril (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Londres reconnaît avoir fourni des armes à Kiev capables d'atteindre le territoire russe, et estime que sa responsabilité ne serait pas engagée en cas de frappes. Moscou a répliqué qu'une «réponse proportionnée» serait déclenchée le cas échéant.

Dans un entretien accordé à Times radio et cité par le Guardian ce 26 avril, le secrétaire d'Etat aux Forces armées James Heappey a jugé «tout à fait légitime» que l'Ukraine s'attaque à des cibles en territoire russe afin de «perturber la logistique» de l'armée russe qui, autrement, «contribuerait directement à la mort et au carnage» sur le sol ukrainien.

Pour James Happey, il ne serait «pas nécessairement un problème» que des armes livrées par le Royaume-Uni à l'Ukraine soient utilisées pour frapper des cibles au-delà de ses frontières.

«Il y a beaucoup de pays dans le monde qui utilisent des équipements qu'ils ont importés d'autres pays. Lorsque ces [équipements] sont utilisés, nous avons tendance à ne pas blâmer [le pays] qui l'a fabriqué, mais à blâmer le pays qui l'a tiré», s'est-il également justifié.

Moscou promet une «réponse proportionnée»

Cette déclaration britannique a vivement fait réagir la Russie, dont le ministère de la Défense a tenu à souligner dans un communiqué que «l’incitation directe par Londres du régime de Kiev à commettre de telles actions, au cas où elles seraient entreprises, conduira immédiatement à une réponse proportionnée de notre part».

«Comme nous l'avons dit, les forces russes se trouvent en régime d’alerte 24 heures sur 24 et sont prêtes à effectuer des ripostes à l'aide d’armes de haute précision à longue portée contre les centres de prise de décisions à Kiev», a poursuivi la Défense russe dans son communiqué. Et de conclure en renvoyant Londres à sa formulation : «Les conseillers ressortissants de pays occidentaux qui se trouvent dans les centres de décision ukrainiens à Kiev "ne seront pas forcément un problème" lorsque la Russie décidera de représailles.»

La Russie a lancé le 24 février une opération militaire en Ukraine, dénoncée par Kiev et les Occidentaux notamment comme une guerre d'invasion. Selon le président russe Vladimir Poutine, cette opération vise à «démilitariser» et «dénazifier» l'Ukraine et à porter secours aux Républiques autoproclamées du Donbass (reconnues par Moscou), dont les populations seraient menacées de «génocide».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix