Washington menace les îles Salomon de «riposter» si Pékin y installe une base militaire

Le Premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, à gauche, et le Premier ministre chinois Li Keqiang assistent à une cérémonie de signature au Grand Hall du Peuple à Beijing, le 9 octobre 2019 (image d'illustration).© Thomas Peter Source: AP
Le Premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, à gauche, et le Premier ministre chinois Li Keqiang assistent à une cérémonie de signature au Grand Hall du Peuple à Beijing, le 9 octobre 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les Etats-Unis ont prévenu les îles Salomon qu'ils riposteraient «en conséquence» si la Chine devait installer une «présence militaire permanente» dans l'archipel du Pacifique après la signature d'un accord de sécurité controversé.

Dans un communiqué publié le 22 avril, la Maison Blanche a fait savoir qu'une délégation américaine «de haut niveau» s'était rendue aux Salomon afin d'expliquer aux autorités de l'île que, si Pékin devait aller vers «l'établissement d'une présence militaire permanente de facto», cela causerait de «sérieuses inquiétudes» pour les Etats-Unis qui «riposter[aie]nt en conséquence». 

Cette réaction américaine survient deux jours après que la Chine a annoncé avoir signé un accord de coopération sécuritaire avec les îles Salomon. «L'accord-cadre a été signé par le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue des îles Salomon, Jeremiah Manele. Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la coopération sécuritaire entre les deux pays ne visait aucune partie tierce», a en effet rapporté à ce sujet l'antenne française de la chaîne chinoise CGTN

«La coopération sécuritaire entre la Chine et les îles Salomon est ouverte, transparente et inclusive, et ne cible aucune partie tierce. Elle va de pair avec les mécanismes existants bilatéraux et multilatéraux en matière de coopération sécuritaire des îles Salomon, en venant les compléter», avait notamment déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. 

Tensions accrues dans le Pacifique

A la fin de l'année 2021, Honiara, la capitale de cet archipel du Pacifique a été le théâtre de troubles déclenchés par des manifestants réclamant la démission du Premier ministre. En cause : des tensions économiques et ethniques, mais aussi géopolitiques.

Pour rappel, la zone Pacifique fait l'objet de tensions internationales accrues, qui se sont notamment traduites, en septembre 2021, par la création d'une alliance de défense entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, nommée AUKUS. Selon l'accord AUKUS, l'Australie doit entre autres acquérir huit sous-marins à propulsion nucléaire à la pointe de la technologie, capables d'effectuer des missions furtives à longue portée. Il prévoit également le partage de capacités cybernétiques, d'intelligence artificielle, quantiques et sous-marines non spécifiées. L'alliance a irrité la Chine qui l'a décrite comme une menace «extrêmement irresponsable» pesant sur la stabilité de la région.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix