«Bruxelles commet une erreur» : la Hongrie dénonce une nouvelle procédure de l'UE à son encontre

- Avec AFP

La réélection de Viktor Orban a poussé l'UE à annoncer de nouvelles sanctions par la voix d'Ursula von der Leyen© Attila KISBENEDEK / Ronald WITTEK / POOL Source: AFP
La réélection de Viktor Orban a poussé l'UE à annoncer le blocage de versement d'aides par la voix d'Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Alors que la Commission européenne a annoncé vouloir bloquer le versement d'aides à la Hongrie deux jours après la victoire de Viktor Orban, Budapest a exhorté l'UE à «revenir au bon sens et au dialogue».

Budapest a appelé le 5 avril à «ne pas punir les électeurs hongrois» qui ont permis le 3 avril une nouvelle victoire du dirigeant souverainiste Viktor Orban, après le lancement d'une procédure permettant de suspendre le versement de fonds européens.

«Bruxelles commet une erreur», a réagi Gergely Gulyas, le chef de cabinet de Viktor  Orban. «Les règles de base de la démocratie doivent être acceptées par la Commission», a-t-il ajouté, avant d’exhorter l'UE à «revenir au bon sens et au dialogue» et à ne pas sanctionner le peuple hongrois «pour ne pas avoir exprimé une opinion au goût de Bruxelles lors des élections [législatives]», largement remportées par le parti au pouvoir.

Régulièrement accusé par l'UE de commettre des atteintes à l'Etat de droit, Viktor Orban avait attaqué, dans son discours de victoire, les «bureaucrates de Bruxelles».

Le 5 avril, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a annoncé l'activation contre Budapest d'un mécanisme de «conditionnalité», visant à priver de fonds un pays où sont constatées des violations de l'Etat de droit. L'annonce a été accueillie par des applaudissements au Parlement européen.

Le commissaire européen au Budget, Johannes Hahn, «a parlé aujourd'hui [le 5 avril] avec les autorités hongroises et les a informées que nous allions maintenant envoyer la lettre de mise en demeure pour activer le mécanisme. Cela déclenche une procédure comportant des échéances précises», a déclaré Ursula von der Leyen au Parlement européen. Elle n'a pas précisé quel était le contenu de cette lettre. Néanmoins, dans un précédent courrier envoyé en novembre à Budapest, la Commission avait exprimé ses inquiétudes à propos de problèmes de passation de marchés publics, de conflits d'intérêts et de corruption.

La Hongrie n'a en effet toujours pas reçu les 7,2 milliards d'euros du plan de relance post-Covid ; Bruxelles évoque des problèmes de passation de marchés publics, de conflits d'intérêts et de corruption. Budapest a pour sa part réagi en rétorquant qu'il s’agissait d'une «décision politique», contestant les «abus de pouvoir [de] l'élite bureaucratique [contre] le peuple hongrois». Une éventuelle suspension ou une réduction des paiements doit être endossée par au moins 15 États membres sur 27, et un telle procédure devrait prendre entre six et neuf mois.

La Cour de justice de l'UE a confirmé la légalité de ce règlement mi-février, en rejetant les recours en annulation de la Hongrie et la Pologne. Le Parlement européen pressait depuis des mois la Commission d'activer ce mécanisme, mais cette dernière avait décidé d'attendre le feu vert de la Cour avant d'agir.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix