Joe Biden annonce un embargo sur les importations américaines de pétrole et gaz russes

- Avec AFP

Le président Joe Biden s'exprime dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche le 8 mars 2022 à Washington, DC.© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images Source: AFP
Joe Biden annonçant l'embargo contre les énergies fossiles russes, le 8 mars 2022 à la Maison Blanche.
Suivez RT France surTelegram

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a pris la décision d'imposer un embargo sur les importations américaines d'énergies fossiles en provenance de la Russie, dans le cadre des sanctions liées à l'offensive russe en Ukraine.

Le président Joe Biden a annoncé le 8 mars avoir ordonné un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz russes, afin d'alourdir les sanctions imposées à la Russie et «porter un nouveau coup puissant à [Vladimir] Poutine».

Cette décision a été prise «en coordination étroite» avec les alliés des Etats-Unis, a-t-il précisé. «Nous ne contribuerons pas à subventionner la guerre de Poutine», a également lancé Joe Biden.

L'Europe s'est, pour l'instant, refusée à décréter un embargo sur les importations russes, qui assurent 40% de ses besoins en gaz naturel et 30% pour le pétrole. Les Etats-Unis sont, eux, exportateurs nets d'énergie, c'est-à-dire qu'ils produisent plus de pétrole et de gaz qu'ils n'en consomment, a rappelé Joe Biden. «Nous pouvons prendre cette décision, alors que d'autres ne le peuvent pas», a-t-il expliqué.

Le président étasunien a aussi assuré travailler en coordination avec l'Union européenne : «Mais nous travaillons étroitement avec l'Europe et nos partenaires pour mettre en place une stratégie de long terme afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de l'énergie russe.» «Nous restons unis dans notre intention de maintenir une pression croissante sur Poutine et sa machine de guerre», a-t-il ajouté.

Le pétrole russe ne représente que 8% des importations américaines et 4% de la consommation de produits pétroliers aux Etats-Unis, qui n'importent pas de gaz russe.

Une décision qui ne fait pas l'unanimité en Occident

La Maison Blanche avait, ces derniers jours, préparé les esprits à une annonce unilatérale, marquant pour la première fois une divergence entre Occidentaux sur les sanctions à infliger à la Russie, à l'instar de l'Allemagne. Le chancelier allemand, Olaf Scholz, avait en effet affirmé le 7 mars qu'il n'était pas possible de se passer des énergies fossiles russes, «essentielles» pour la «vie quotidienne des citoyens» en Europe.

Initialement hésitant, notamment parce que cet embargo devrait encore accélérer l'inflation qui plombe son mandat depuis plusieurs mois, Joe Biden répond là à une demande forte du Congrès, dont plusieurs représentants le pressaient d'agir depuis plusieurs jours.

Les parlementaires américains avaient commencé à préparer un projet de loi soutenu par la majorité démocrate et l'opposition républicaine – une rareté dans un contexte d'extrême division politique aux Etats-Unis – pour interdire ces importations de pétrole et de gaz russes.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix