L'OTAN rejette l'idée d'une zone d'exclusion aérienne en Ukraine

- Avec AFP

L'OTAN rejette l'idée d'une zone d'exclusion aérienne en Ukraine© ASSOCIATED PRESS Source: AP
Rencontre des ministres des Affaires étrangères de l'Otan à Bruxelles le 4 mars.
Suivez RT France surTelegram

Craignant que le conflit en Ukraine ne dégénère en affrontement entre l'OTAN et la Russie, l'Alliance atlantique a rejeté la demande ukrainienne d'instaurer une zone d'exclusion aérienne au-dessus du pays.

Les membres de l'OTAN ont rejeté le 4 février la demande de Kiev de créer une zone d'exclusion aérienne en Ukraine, pour éviter de se laisser entraîner dans le conflit, a déclaré le secrétaire général de l'Alliance.

«La question a été évoquée et les Alliés sont convenus que nous ne devrions pas avoir d’avions de l'OTAN opérant dans l’espace aérien ukrainien ou des troupes de l’OTAN au sol, car nous pourrions nous retrouver avec une guerre totale en Europe», a expliqué Jens Stoltenberg, au terme d'une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance à Bruxelles.

Ne laissez pas Poutine transformer l'Ukraine en Syrie

Au neuvième jour de l'offensive russe en Ukraine, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba s'est adressé à ses homologues durant cette réunion, a précisé Jens Stoltenberg lors d'une conférence de presse.  

«Mon message a été : agissez maintenant, avant qu'il ne soit trop tard. Ne laissez pas Poutine transformer l'Ukraine en Syrie. Nous allons continuer à nous battre. Mais nous avons besoin de partenaires pour nous aider par des actions concrètes, résolues et rapides, maintenant», a précisé le ministre ukrainien dans un message sur Twitter.

Empêcher l'escalade «au-delà de l'Ukraine»

«La seule façon de mettre en œuvre une zone d'exclusion aérienne est d'envoyer des avions de chasse de l'OTAN dans l'espace aérien de l'Ukraine, puis d'abattre des avions russes pour la faire respecter», a de son côté souligné Jens Stoltenberg.

«Nous avons la responsabilité d'empêcher l'escalade de cette guerre au-delà de l'Ukraine. Parce que cela serait encore plus dangereux, plus dévastateur, et causerait encore plus de souffrances humaines», a-t-il déclaré.

«L'OTAN est une alliance défensive. Nous ne voulons pas être partie prenante au conflit en Ukraine», a insisté Jens Stoltenberg, estimant que «les jours à venir seront pires, avec plus de morts, plus des destructions, parce que la Russie va utiliser des armes plus lourdes».

«La Russie utilise des bombes à fragmentation et nous avons des informations sur l'utilisation d'autres types d'armements en violation du droit international», a-t-il accusé, précisant que «des informations sont collectées dans le cadre de l'enquête ouverte par la Cour pénale internationale».

Déploiement de la force de réaction rapide de l'Alliance 

L'OTAN a renforcé ses défenses à l'Est avec le déploiement pour la première fois de sa force de réaction rapide, l'envoi des milliers de soldats de l'Alliance dans les pays du flanc oriental, la mise en alerte de plus 130 avions de combat et plus de 200 navires en mer.

«Il s'agit de la réponse immédiate de l'OTAN et elle sera renforcée si nécessaire», a assuré le secrétaire général de l'Alliance, ajoutant qu'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN a été convoquée le 16 mars pour «prendre les décisions qui s'imposeront».

Une discussion va également s'engager sur la posture de dissuasion et de défense sur le plus long terme, a également indiqué le secrétaire général de l'Alliance. Le sujet sera à l'ordre du jour du sommet de l'OTAN des 29 et 30 juin à Madrid.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix