«Pas suffisant» : BHL appelle l'Europe à armer davantage l'Ukraine

Bernard-Henri Levy (BHL) à Kiev en 2014© SERGEI SUPINSKY / AFP
Bernard-Henri Levy (BHL) à Kiev en 2014 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Connu pour ses divers engagements internationaux, de la Libye à l'Ukraine, Bernard-Henri Lévy a appelé l'Europe à renforcer son soutien militaire au gouvernement ukrainien, alors que la tension est à son comble.

De l'huile sur le feu ? Alors que la tension est à son comble dans l'est ukrainien, Bernard-Henri Levy a appelé ce 18 février l'Europe à renforcer encore son soutien militaire à l'Ukraine – pourtant perçu par Moscou comme une «menace».

«Voici les vieux canons avec lesquels l'armée ukrainienne devra confronter, si elle survient, l'attaque de Poutine. Ce n'est pas suffisant», a ainsi écrit BHL sur Twitter, en légende d'une photo datant de 2020 dans laquelle il apparait aux côtés de soldats. «Nous, l'Europe, devons soutenir beaucoup plus [le président ukrainien] Zelensky», a-t-il ajouté.

Bernard-Henri Levy avait déjà apporté son soutien au coup d'Etat de 2014, qui s'était soldé par la chute du président Viktor Ianoukovitch, en se rendant notamment parmi les manifestants du Maïdan.

Auteur: RT France

Soutien militaire tous azimuts

Le soutien européen à l'Ukraine a pris plusieurs formes, dont notamment une aide de 31 millions d'euros allouée à Kiev en décembre, via le mécanisme européen la Facilité européenne de paix (FEP), qui doit notamment servir à «renforcer les capacités» des forces armées. Différents pays ont également fourni des armes et des équipements militaires à Kiev, comme par exemple la Pologne, la République tchèque, ou encore les pays baltes. D'autres utilisent leur propre puissance militaire pour soutenir l'Ukraine, comme l'Espagne, les Pays-Bas, le Danemark, mais aussi la France.

Côté occidental, il convient également de citer parmi les principaux soutiens militaires de Kiev les Etats-Unis (qui ont récemment envoyé 90 tonnes d'aide militaire létale à l'Ukraine) ou encore le Royaume-Uni et le Canada.

Alors que le scénario d'une invasion de l'Ukraine par Moscou – qualifié de fake news par la diplomatie russe – ne s'est toujours pas réalisé malgré des prédictions insistantes depuis des semaines, Moscou qualifie de «menace imminente» le soutien occidental à l'Ukraine. La Russie plaide également pour un arrêt de l'expansion de l'OTAN, une demande jugée irrecevable par les Occidentaux. Moscou est par ailleurs elle-même accusée de soutenir les séparatistes, ce qu'elle a toujours démenti.

Dans l'est ukrainien, où l'armée ukrainienne fait face aux rebelles, qui refusent de reconnaître les autorités issues du coup d'Etat de 2014, la situation reste néanmoins particulièrement tendue, et les combats se sont encore intensifiés, ce 18 février.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix