«Conséquences massives» : le G7 prêt à infliger des sanctions à la Russie

- Avec AFP

G7 Russie© Olivier Douliery Source: AP
Cliché pris à Liverpool le 12 décembre 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les ministres des Finances du G7 seraient prêts à frapper la Russie de sanctions aux «conséquences massives» dans le cas d'une intervention en Ukraine. Le chancelier allemand est attendu pour sa part à Kiev le 14 février et à Moscou le lendemain.

Les ministres des Finances du G7 ont assuré le 14 février être prêts à imposer «dans un délai très court» des sanctions économiques et financières aux «conséquences massives et immédiates sur l'économie russe» en cas d'agression militaire contre l'Ukraine.

«Notre priorité immédiate est de soutenir les efforts visant à désamorcer la situation», écrivent les ministres du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de France, du Canada, d'Allemagne, d'Italie et du Japon, dans un communiqué. «Toute nouvelle agression militaire de la Russie contre l'Ukraine fera l'objet d'une réponse rapide et efficace», assure le groupe des sept grandes puissances présidé cette année par Berlin.

De son côté le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis Jake Sullivan, avait déclaré le 13 février que la Russie était prête à «envahir» l'Ukraine à «tout moment». Une affirmation démentie à de nombreuses reprises par Moscou, qui accuse les Occidentaux, et en particulier les Américains, de chercher à envenimer la situation.

Le chancelier allemand Olaf Scholz est attendu le 14 février à Kiev, puis le 15 à Moscou, pour poursuivre les efforts diplomatiques en vue de désamorcer la crise, au moment où les tensions avec la Russie sont à leur comble. Du côté ukrainien, les autorités tentent cependant de tempérer les prises de positions occidentales. Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a ainsi invité Joe Biden à se rendre à Kiev, une invitation néanmoins absente du compte-rendu étasunien de leur conversation téléphonique.

Cette escalade des tensions a fait sévèrement tanguer, le 14 février, les marchés boursiers européens. Les places européennes, de Milan à Paris en passant par Francfort, perdaient plus de 3% en début de séance. L'indice principal de la Bourse de Moscou a également plongé de 5% dans la matinée du 14 février tandis que le cours du rouble a dévissé face à l'euro.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix