Ukraine : les USA envisagent la fourniture de «volumes additionnels de gaz naturel» à l’Europe

- Avec AFP

Ursula von der Leyen et Joe Biden, à Bruxelles le 15 juin 2021© Patrick Semansky Source: AP
Ursula von der Leyen et Joe Biden, à Bruxelles le 15 juin 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les Etats-Unis et l'UE ont affirmé dans une déclaration qu'ils travaillaient à la fourniture de «volumes additionnels de gaz naturel» pour l'Europe, afin de faire face, entre autres, à un contrecoup d'une éventuelle «invasion russe de l'Ukraine.»

Face à la montée des tensions entre les pays occidentaux et la Russie, «les Etats-Unis et l'Union européenne travaillent conjointement à assurer un approvisionnement continu, suffisant et ponctuel de gaz naturel à l'UE depuis diverses sources à travers la planète pour éviter des chocs d'approvisionnement, y compris ceux qui pourraient résulter d'une nouvelle invasion russe de l'Ukraine», ont affirmé le président américain, Joe Biden, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans une déclaration commune datée du 28 janvier.

«Les Etats-Unis sont déjà le plus grand fournisseur de gaz naturel liquéfié à l'UE. Nous collaborons avec des gouvernements et des opérateurs de marché en vue de l'approvisionnement de volumes additionnels de gaz naturel à l'Europe depuis diverses sources à travers la planète», ajoutent-ils.

Une offensive contre l'Ukraine démentie par Moscou

Les Occidentaux accusent Moscou de préparer une offensive contre le pays voisin ce que Moscou dément catégoriquement. La Russie, de son côté, exprime ses craintes quant à sa sécurité, liées à l'extension de l'OTAN vers l'est et à la perspective de livraisons d'armements offensifs à l'Ukraine, pays frontalier. Dans ce contexte, Moscou a proposé à Washington et à l'OTAN des traités prévoyant un renoncement de l'Alliance atlantique à tout élargissement à l'est et un retour à l'architecture sécuritaire construite en Europe après la fin de la guerre froide.

Les pays occidentaux menacent la Russie de sanctions sans précédent si le président Vladimir Poutine passait à l'acte. Washington a notamment soutenu que le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, achevé mais pas encore opérationnel, ne serait pas activé en cas d'attaque.

Dans ce cas de figure, Américains et Européens redoutent toutefois que le Kremlin, en représailles, réduise drastiquement sa fourniture d'hydrocarbures à l'Europe, vitale pour de nombreux pays.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix