Somalie : au moins 12 morts dans l'attaque d'un hôtel à Mogadiscio

En juillet dernier déjà, un hôtel avait été la cible des Shebab. Source: Reuters
En juillet dernier déjà, un hôtel avait été la cible des Shebab.

Les islamistes Shebab ont de nouveau fait parler d'eux en Somalie. Pourtant repoussés hors de la capitale depuis plusieurs semaines, ils ont attaqué ce matin un hôtel, faisant de nombreuses victimes.

Au moins douze personnes ont été tuées dimanche matin lors d’une attaque perpétrée par des islamistes shebab dans un grand hôtel de Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Les terroristes affiliés à Al-Qaïda ont utilisé un véhicule bourré d'explosifs pour se frayer un chemin à l'intérieur de l'établissement. Une première explosion a eu lieu, après qu’un minibus a été lancé sur le portail de l’hôtel.

C’est cette explosion qui aurait fait les premières victimes. «Nous avons des informations faisant état de douze morts», a déclaré Abdulrahid Dahirun, l'un des responsable de la police. «Les agresseurs ont fait exploser une voiture piégée pour ouvrir un passage avant d'entrer à l'intérieur de l'hôtel», a-t-il poursuivi.

Suite à cela, de nombreux Shebab se seraient précipités à l’intérieur de l’hôtel, où de nombreux coups de feu ont retenti. Si les Shebab ont annoncé que des combats faisaient rage dans l’hôtel, l’Amisom, la force militaire de l’Union africaine déployée en Somalie, a annoncé avoir repris et sécurisé le bâtiment.

Lire aussi : Les images après l’attaque suicide sur un hôtel diplomatique en Somalie, en juillet

Chassés de Mogadiscio depuis mi-2011, puis de leurs principaux bastions du centre et du sud du pays, les Shebab contrôlent toujours de larges zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats suicide. Mogadiscio est souvent frappée par ces attaques et les hôtels de luxe sont souvent visés. Le Sahafi, visé ce dimanche, est d’ailleurs fortifié, ce qui explique l’usage, fréquent par les Shebab, de voitures piégées. C'est dans cet hôtel que deux agents des services de renseignement français avaient été enlevés en 2009.

Les Shebab ont aussi mené une série d'attaques meurtrières au Kenya voisin, qui fournit des troupes à l'Amisom depuis octobre 2011.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales