Viols d'enfants en direct sur internet : 300 Français dans le viseur des autorités

Viols d'enfants en direct sur internet : 300 Français dans le viseur des autorités© Aaron Favila/AP
Les viols d'enfants en direct sur Internet inquiètent les autorités (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les viols d'enfants en ligne, pratique qui permet à des pédocriminels d'acheter des vidéos réalisées en direct à l'étranger pour quelques dizaines d'euros, seraient en augmentation depuis le début de la crise sanitaire d'après les autorités.

Selon des informations recueillies par France info auprès de l'Office central de la répression contre les violences aux personnes (OCRVP), le phénomène des viols d'enfants commandés sur internet, commis en direct devant une caméra et retransmis en livestreaming, inquiète de plus en plus les autorités françaises. Et pour cause, il serait en pleine expansion depuis le début de la crise sanitaire, en raison notamment de l'impossibilité de voyager pendant le premier confinement, qui a poussé de nombreux pédocriminels à privilégier cette pratique sordide.

D'après le média français, qui a publié le 6 décembre une enquête sur le sujet, cette pratique serait à la portée de n'importe qui ou presque : pour les «clients», il suffirait d'entrer en contact via internet avec des intermédiaires, souvent sur des forums pornographiques pour adultes, puis de déterminer le nombre d'enfants, leur âge, les actes désirés et la durée, entre trente minutes et une heure en général. Le tout pour un coût dérisoire, compris entre 15 et 60 dollars en moyenne. Le viol est ensuite commis à l'étranger et retransmis en direct au «client».

Détectée aux Philippines en 2012, la pratique s'est étendue à de nouveaux pays, comme le Laos ou l'Inde, et a été signalée en Europe de l'Est, notamment en Roumanie. D'après la chef adjointe du groupe mineurs de l'OCRVP, Katie Steel, contactée par France info, les réseaux «plutôt organisés» ne sont pas les seuls en cause, puisque «cela se passe de plus en plus au niveau de la famille».

300 «cibles» dans le viseur des autorités

Dans certaines vidéos, des actes de torture et de barbarie réalisés en direct ont pu survenir, sachant que les cibles n'ont que cinq ans en moyenne, parfois moins. Les «clients», sont, d'après Sophie Gschwind, magistrate au parquet des mineurs de Paris, en charge de ces dossiers, exclusivement masculins. Si leurs profils sont variés (isolés ou avec une vie de famille), ils partagent tous, «une absence de culpabilité ou d'empathie pour les victimes», selon la même source.

D'après les données dont disposait France info au 6 décembre, 300 «cibles» françaises, suspectées d'avoir commandité des viols ou des agressions sexuelles d'enfants à l'étranger, sont dans le viseur des enquêteurs de l'OCRVP.

La traque des commanditaires s'avère particulièrement complexe étant donné que les viols en live prennent la forme d'une conversation en visioconférence qui n'est donc pas enregistrée. Sans oublier que «les faits se déroulent chez monsieur et madame Tout-Le-Monde», a expliqué à France info Ludivine Piron, une responsable de l'ONG ECPAT, qui lutte contre ce phénomène en lien avec l'OCRVP. Par conséquent, les fonds visuels des vidéos ne montrent qu'une décoration banale ou, dans les bidonvilles, un mur avec un matelas, ce qui rend difficile l'identification des lieux.

Lourdes peines à la clé, mais manque de moyens

La justice peut condamner les personnes recourant à ce type de livestreaming pour complicité d'agressions sexuelles ou de viols, et non plus seulement pour détention d'images pédopornographiques : pour des mineurs de moins de 15 ans, le «client» encourt 20 ans de réclusion criminelle.

Les procès dans ces affaires sont encore rares, même si plusieurs dossiers devraient bientôt être examinés par un tribunal. Selon France info, le parquet de Paris mène actuellement une douzaine d'enquêtes préliminaires et quatre informations judiciaires dans ce type d'affaires  et, en 2022, un homme sera jugé pour la première fois pour complicité de viol dans le cadre d'un livestreaming. Comme le pointe la journaliste Margaux Stive, les moyens de la justice et des forces de l'ordre pour lutter contre ces affaires sont faibles dans l'Hexagone, avec seulement 17 enquêteurs spécialisés contre 320 au Royaume-Uni et 150 aux Pays-Bas. D'après les ONG et les forces de police dédiées, les violences sexuelles en ligne contre les enfants ont bondi à travers le monde, à l'ombre des confinements.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix