Le président algérien dit vouloir affronter l’histoire «sans complaisances, ni compromissions»

Le président algérien dit vouloir affronter l’histoire «sans complaisances, ni compromissions»© Ramzi BOUDINA Source: Reuters
Abdelmadjid Tebboune a assuré vouloir traiter l'histoire «sans complaisances, ni compromissions» la veille des commémorations des manifestations du 17 octobre 1961 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé le 16 octobre son «souci ferme» de traiter les dossiers historiques et mémoriaux de l’Algérie avec impartialité et un «sens aigu des responsabilités».

Abdelmadjid Tebboune, le président de la République algérienne, a déclaré le 16 octobre vouloir traiter les dossiers liés à l’histoire et à la mémoire «sans complaisances, ni compromissions», a rapporté l'agence Algérie Presse Service. Assurant être animé par un «sens aigu des responsabilités», il a promis «un traitement impartial» sur ces questions, «loin des engouements et de la prédominance de la pensée colonialiste arrogante».

«Qu'il soit clair pour tous que le vaillant peuple algérien, fier des racines séculaires de sa Nation, avance dignement à pas sûrs, déterminé et uni plus que jamais, sur la voie de l'édification d'une Algérie souveraine», a-t-il annoncé à la veille de l’anniversaire des manifestations du 17 octobre 1961, lors desquelles la police française avait réprimé des manifestants algériens.

Revenant sur les faits imputés aux forces de l'ordre, Abdelmadjid Tebboune a déploré «des exactions qui révèlent l'horreur des massacres abjects et des crimes contre l'humanité qui resteront gravés dans la mémoire collective». «Nous nous recueillons avec déférence à la mémoire de nos vaillants chouhada [martyrs] qui ont écrit avec courage et bravoure [...] une page mémorable dans la défense de l'honneur de la nation», a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a personnellement tenu à reconnaître la responsabilité de la France dans les événements du 17 octobre 1961, en les qualifiant de «crimes inexcusables pour la République». Cette déclaration a fait réagir à droite de l'échiquier politique, qui a fustigé une «propagande victimaire». Pourtant, Emmanuel Macron avait auparavant dénoncé la «rente mémorielle» qui prévaudrait selon lui en Algérie, provoquant une crise diplomatique entre les deux pays.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»