Mike Pence, Eric Zemmour, Marion Maréchal... La droite conservatrice répond à l'appel de Budapest

Mike Pence, Eric Zemmour, Marion Maréchal... La droite conservatrice répond à l'appel de Budapest© Bernadett Szabo Source: Reuters
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, au sommet de Budapest le 23 septembre.
Suivez RT France surTelegram

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, l'ancien-vice-président américain Mike Pence ou encore l'ex-députée FN Marion Maréchal ont défendu à Budapest les «valeurs familiales», au premier jour d'un sommet sur la démographie.

Budapest, nouvelle Mecque de la droite occidentale ? Du 23 au 24 septembre, des figures conservatrices et identitaires d'Europe et du monde anglo-saxon – chefs et ex-chefs d'Etat ou de gouvernement, polémistes, élus et anciens élus... – se réunissent dans la capitale hongroise pour un sommet sur la démographie organisé par le Premier ministre Viktor Orban. Au menu : défense des valeurs familiales traditionnelles et des politiques natalistes, éloge des frontières ou encore dénonciation de l'activisme LGBT. 

«Pour que notre civilisation prospère [...], notre priorité doit être de préserver et de renforcer les familles sur lesquelles nos nations sont bâties», a déclaré dans le cadre de ce sommet l'ancien vice-président américain de Donald Trump, Mike Pence, vantant notamment la politique nataliste hongroise. Voilà la solution pour «inverser le déclin démographique», pas «l'ouverture des frontières», a-t-il insisté.

La famille, socle de la survie de la nation

Dans la même veine, Viktor Orban a prôné un Etat «protecteur de la famille, socle de la survie de la nation», face aux «attaques de la gauche occidentale». «Ils essaient de relativiser la notion de famille en s'appuyant sur le lobby des LGBT et du genre», a-t-il argué après avoir été présenté comme le «père de cinq enfants». L'hôte du sommet sur la démographie a ainsi justifié les mesures défendues par Budapest, comme lorsque le Parlement a adopté en juin des amendements législatifs interdisant «la promotion et la représentation de l'homosexualité» auprès des moins de 18 ans. Au pouvoir depuis 2010, le dirigeant du parti Fidesz n'a de cesse de défendre une Europe «chrétienne» et croise souvent le fer avec Bruxelles sur les questions relatives à l'accueil des migrants ou aux revendications LGBT.  

Le sommet démographique de Budapest, qui se tient tous les deux ans, existe depuis 2015 mais il a cette année une saveur politique particulière.

Car après le départ du président américain Donald Trump et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, dont il était proche, Viktor Orban se présente plus que jamais comme le dernier recours face à la pensée «libérale» sur les sujets de société dans les démocraties occidentales. 

Présence de leaders internationaux de la droite conservatrice

Sur la scène du Varkert Bazar, sur les bords du Danube, avaient pris place autour du Premier ministre hongrois un certain nombre de dirigeants et figures politiques, comme le président serbe Alexander Vucic et le Premier ministre slovène Janez Jansa.

Côté français, l'ancienne députée du Front national (devenu RN) Marion Maréchal est aussi intervenue en tribune. «Il y a un combat idéologique fondamental [...] en Europe [...] entre ceux qui considèrent que l'individu est la cellule de base de la société et ceux qui considèrent que la famille est la cellule de base de la société», a-t-elle débuté, dénonçant aussi l'application par la France d'une «recommandation de l'ONU» sur la mise en place d'«une natalité de remplacement pour combler les déficits de naissance» (une référence, sans doute, à un ancien rapport de l'ONU).

«C’est important pour moi de venir ici à ce sommet démographique soutenir la politique familiale de la Hongrie comme modèle, notamment nataliste, si l’on veut sauver l’avenir du continent européen», a-t-elle expliqué à un journaliste de Livre noir, un nouveau média idéologiquement proche de la droite conservatrice.

Le journaliste, écrivain et polémiste Eric Zemmour, qui entretient le flou sur une candidature en 2022, est lui aussi attendu à Budapest où il devrait, selon son entourage, rencontrer Viktor Orban en tête-à-tête le 24 septembre.

«Je serai vendredi à Budapest à l’invitation de Viktor Orban. Voilà un dirigeant qui défend l'identité de son pays, sa souveraineté et ses frontières», expliquait-il le 21 septembre sur Twitter.

Le gouvernement de Viktor Orban est fréquemment invoqué comme référence par les conservateurs et nationalistes occidentaux en raison de sa politique jugée ferme à l'égard de l'immigration clandestine et son opposition aux revendications progressistes. Budapest est en revanche dans le viseur de Bruxelles : récemment, l'Union européenne a refusé de valider le plan de relance destiné à la Hongrie en pointant notamment une lutte insuffisante contre la corruption et le manque d'indépendance du système judiciaire.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»