La Pologne installe une clôture en barbelés anti-migrants

- Avec AFP

La Pologne installe une clôture en barbelés anti-migrants© KACPER PEMPEL Source: Reuters
Les barbelés à la frontière polonaise (image d'illustration du 26 août).
Suivez RT France surTelegram

L'armée polonaise a commencé à ériger une clôture en barbelés le long de la frontière avec la Biélorussie, pour empêcher les migrants de la franchir et de pénétrer sur le sol de l'Union européenne..

Comme annoncé le 23 août, la Pologne est en train de créer une première barrière physique afin de lutter contre l'arrivée de migrants sur le sol européen. L'armée polonaise érige ainsi, actuellement, une clôture en barbelés. Haute de 2,5 mètres, elle doit s'étendre sur 180 kilomètres, soit près de la moitié de la longueur totale de la frontière boisée avec la Biélorussie. 

Selon l'AFP, des dizaines de militaires s'affairaient sur le chantier le 27 août, près de la petite ville frontalière de Krynki, dont les habitants étaient divisés sur ce projet.

Ces derniers mois, des milliers de migrants, originaires pour la plupart du Moyen-Orient, ont tenté de traverser la frontière entre la Biélorussie et les pays orientaux de l'Union européenne : la Lettonie, la Lituanie et la Pologne. 

L'Union européenne soupçonne Minsk de diriger le flux de migrants vers la frontière de l'UE en guise de représailles contre les sanctions imposées par Bruxelles. La Pologne et les pays baltes qualifient ce procédé d'«attaque hybride», et ont promis de fermer la frontière pour empêcher les migrants d'y accéder.

Le 27 août, les garde-frontières polonais ont indiqué avoir enregistré 3 059 tentatives de traversée de la frontière depuis le début du mois d'août, dont 55 au cours des dernières 24 heures. La Pologne vient de doubler à 2 000 soldats son contingent militaire dans la zone frontalière orientale. 

Un groupe de migrants originaires d'Afghanistan selon une ONG sur place, reste bloqué à la frontière depuis près de trois semaines. Selon les responsables polonais, ils campent à quelques centimètres du territoire polonais. Les gardes les empêchent de passer en Pologne où ils pourraient demander l'asile, le gouvernement affirmant que ce serait céder au «chantage» de l'homme fort de Biélorussie : Alexandre Loukachenko. 

L'agence de l'Onu pour les réfugiés, le Conseil de l'Europe et la Cour européenne des droits de l'Homme ont tous exhorté la Pologne à fournir une aide humanitaire aux migrants. Elle a répondu qu'elle ne pouvait apporter son aide que moyennant le consentement des autorités biélorusses.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»