La Biélorussie dénonce les sanctions occidentales «destructrices» et «vicieuses»

- Avec AFP

La Biélorussie dénonce les sanctions occidentales «destructrices» et «vicieuses»© Vasily Fedosenko Source: Reuters
Cliché pris à Minsk le 7 novembre 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La Biélorussie a dénoncé avec force les nouvelles sanctions prises par les Occidentaux après le déroutement d'un avion de ligne par Minsk – à la suite d'une alerte à la bombe –, affirmant qu'elles frisaient «la déclaration de guerre économique».

«Nous avons répété à maintes reprises que les sanctions nuisaient aux intérêts des citoyens, qu'elles étaient contre-productives et vicieuses, cependant ces actions destructrices délibérées se poursuivent» : dans un communiqué publié ce 22 juin, le ministère biélorusse des Affaires étrangères a dénoncé les nouvelles sanctions décrétées par les Occidentaux à l'encontre de Minsk.

Dénonçant des «actions hostiles» et des «pressions sur un Etat souverain», le ministère a ironisé sur les déclarations occidentales qui «ressemblent à une parodie de logique et de bon sens». Pour Minsk, ces nouvelles sanctions «frisent la déclaration de guerre économique».

Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a tout particulièrement vilipendé l'Allemagne, renvoyant celle-ci à son passé nazi : «Ce qu'on n'attendait pas, c'est que l'Allemagne participe aussi à ce complot collectif», a lancé le chef d'Etat, à l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du début de l'invasion de l'URSS par le IIIe Reich. «On ne l'attendait pas de ceux dont les ancêtres avaient tué un Bélarusse sur trois et empêché la naissance de millions d'enfants», a-t-il affirmé, ajoutant : «80 ans sont passés, et alors? C'est quoi, une nouvelle guerre chaude ?»

Sanctions occidentales

L'Union européenne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont en effet décidé le 21 juin de sanctionner des dizaines de personnalités et des entreprises liées au pouvoir en place en Biélorussie. Au total, 78 noms de responsables et huit entités ont été ajoutés à la liste des Biélorusses sanctionnés à la suite du déroutement d'un appareil de Ryanair qui survolait le pays le 23 mai. L'avion avait été contraint de se poser en urgence en raison d'une alerte à la bombe, et deux des passagers – l'opposant biélorusse Roman Protassevitch et son amie russe Sofia Sapega – avaient alors été interpellés. Les autorités biélorusses avaient attribué cette menace à la bombe au mouvement islamiste palestinien Hamas, qui avait de son côté démenti tout rapport avec cette affaire.

Parmi les personnes sanctionnées figurent des hommes d'affaires, les ministres biélorusses de la Défense et des Transports, le chef d'état-major de l'armée de l'air et l'un des fils du président Alexandre Loukachenko.

Parallèlement à ces sanctions individuelles, les Européens ont décidé de frapper d'importantes sources de revenus de la Biélorussie en cessant les importations de produits pétroliers et de certains types de potasse, ainsi que les exportations de produits pour les usines de tabac biélorusses.

L'UE va aussi renforcer son embargo sur les armes, interdire la vente de biens à double usage et du matériel de surveillance, ainsi que tout nouveau prêt bancaire au gouvernement biélorusse.

Si les produits pétroliers et la potasse figurent parmi les exportations phares de la Biélorussie, les 27 Etats membres de l'UE ne sont toutefois pas au nombre des principaux clients pour ces marchandises.

Plus de trente ans après la dissolution de l'URSS, l'économie biélorusse reste largement sous le contrôle de l'Etat et dépendante de la Russie, le principal allié et créditeur de Minsk.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix