«Esclave sexuelle» : Virginia Giuffre, victime d'Epstein, a déposé plainte contre le prince Andrew

«Esclave sexuelle» : Virginia Giuffre, victime d'Epstein, a déposé plainte contre le prince Andrew© Shannon Stapleton Source: Reuters
Virginia Giuffre (au centre) après une audience dans l'affaire pénale contre Jeffrey Epstein à la Cour fédérale de New York, aux Etats-Unis, le 27 août 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le fils de la reine d'Angleterre Andrew d'York est attaqué en justice par l'une des victimes de Jeffrey Epstein, qui accuse l'héritier britannique de l'avoir agressée sexuellement à trois reprises entre 2000 et 2002, alors qu'elle était mineure.

L'Américaine Virginia Giuffre qui accuse le prince Andrew d'abus sexuels sous l'emprise du financier Jeffrey Epstein quand elle était mineure a déposé plainte le 9 août à New York contre ce membre de la famille royale britannique, a-t-elle indiqué avec son avocat auprès de CNN.

Dans une plainte civile déposée devant le tribunal de Manhattan, Virginia Giuffre a déclaré que le duc d'York, le deuxième fils de la reine Elizabeth, était «l'un des hommes puissants» à qui elle avait été «remise dans un but sexuel» quand elle avait été victime à partir de l'âge de 16 ans, entre 2000 et 2002, d'un réseau de trafic sexuel pour lequel le financier Jeffrey Epstein a été inculpé et incarcéré. Ce dernier s'était donné la mort dans une prison de Manhattan, à l'été 2019.

«Je tiens le prince Andrew pour responsable de ce qu'il m'a fait. Les puissants et les riches ne sont pas exempts d'être tenus pour responsables de leurs actes. J'espère que d'autres victimes verront qu'il est possible de ne pas vivre dans le silence et la peur, et de récupérer sa vie en s'exprimant et en exigeant justice», a déclaré dans un communiqué Virginia Giuffre, anciennement connue sous le nom de Virginia Roberts.

Le procès de Ghislaine Maxwell pourrait commencer à l'automne

Virginia Giuffre a expliqué que Jeffrey Epstein l'avait amenée à Londres pour rencontrer le prince Andrew et l'avait gardée comme «esclave sexuelle» avec l'aide de l'associée de longue date d'Epstein, Ghislaine Maxwell, la fille du défunt magnat des médias britannique Robert Maxwell.

Le prince Andrew, qui avait déjà rejeté ces allégations, est accusé dans cette plainte d'avoir «agressé sexuellement» Virginia Giuffre, alors mineure, à trois reprises. Il l'aurait forcée à avoir des relations sexuelles au domicile londonien de Ghislaine Maxwell. Virginia Giuffre a également déclaré que le prince Andrew l'avait maltraitée dans le manoir de Jeffrey Epstein dans l'Upper east side de Manhattan, et sur une île privée appartenant à l'homme d'affaires dans les îles Vierges américaines.

La plainte précise que Giuffre «a été contrainte par des menaces expresses ou implicites» de Jeffrey Epstein, de Ghislaine Maxwell ou du prince Andrew, de se livrer à des actes sexuels avec le membre de la famille royale britannique, craignant des répercussions pour désobéissance. «La richesse, le pouvoir, la position et les relations du prince Andrew lui ont permis d'abuser d'une enfant effrayée et vulnérable sans personne pour la protéger», souligne la plainte.

Aujourd'hui âgé de 61 ans, le prince Andrew avait «catégoriquement» démenti de telles accusations dans une interview jugée désastreuse donnée à la BBC en novembre 2019. Il avait notamment émis des doutes sur l'authenticité d'une photo le montrant avec Virginia Giuffre et, à l'arrière plan, Ghislaine Maxwell, qui reste incarcérée dans l'affaire Epstein. Poursuivie en justice depuis 2020, l'héritière a plaidé de son côté non coupable de s'être livrée à un trafic sexuel pour le compte de Jeffrey Epstein. Son procès à Manhattan pourrait commencer en novembre.

Malgré ses dénégations, la fréquentation de l'homme d'affaires américain avait plongé le fils d'Elisabeth II dans la tourmente, le contraignant à se retirer de la vie publique. Peu de temps après l'entretien à la BBC, le prince Andrew avait démissionné de ses fonctions royales, alors que des organismes de bienfaisance et d'autres organisations avaient pris leurs distances pour ne pas être associés à son image.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»