Canada : deux nouvelles églises incendiées en Colombie-Britannique

- Avec AFP

Suivez RT France surTelegram

En Colombie-Britannique, deux nouvelles églises ont été brûlées après la découverte de 750 tombes sur le site d'un ancien pensionnat géré par l'Eglise catholique. 150 000 enfants ont été enrôlés dans ces établissements et 4 000 y ont trouvé la mort.

Deux nouvelles églises ont été incendiées le 26 juin sur des territoires autochtones de l'ouest du Canada, portant à quatre le nombre d'églises brûlées depuis la découverte d'un millier de tombes anonymes près d'anciens pensionnats autochtones gérés par l'Eglise catholique en Colombie-Britannique, rapporte l'AFP.

Le 26 juin à l'aube, l'église Sainte-Anne et l'église Chopaka, toutes deux situées sur des bandes de territoires autochtones en Colombie-Britannique, ont été incendiées à moins d'une heure d'intervalle, a indiqué la police fédérale. «Les deux églises ont été détruites», a précisé dans un communiqué le sergent Jason Bayda de la police montée canadienne.

Ces incendies surviennent deux jours après l'annonce de la découverte de plus de 750 tombes anonymes sur le site d'un ancien pensionnat géré par l'Eglise catholique à Marieval (ouest). Le mois dernier, l'identification des restes de 215 enfants près d'un autre établissement du même type avait déjà meurtri et indigné le pays, illustrant le calvaire subi pendant des décennies par des enfants autochtones dans des établissements scolaires gérés par l'Eglise catholique.

Les autorités considèrent que ces récents incendies sont suspects. Elles «cherchent à vérifier s'ils ont un lien avec les incendies d'églises survenus le 21 juin à Penticton et Oliver», a fait savoir le Sergent Bayda, précisant que les enquêtes étaient toujours en cours.

Les découvertes de tombes ont ravivé le traumatisme vécu par quelque 150 000 enfants amérindiens, métis et inuits, coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture et enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays. Nombre d'entre eux ont été soumis à de mauvais traitements ou à des abus sexuels et plus de 4 000 y ont trouvé la mort, selon une commission d'enquête, qui avait conclu à un véritable «génocide culturel» de la part du Canada.

Le 25 juin, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a présenté les excuses de son pays et appelé le Pape à en faire de même. Le chef du gouvernement n'a pas écarté l'hypothèse d'une enquête pénale. Lors d'un point presse, il est longuement revenu sur les «terribles erreurs» du Canada, qui a mené pendant plusieurs siècles une politique controversée d'assimilation forcée des premières nations.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»