Les réactions se multiplient après la victoire de Raïssi lors de la présidentielle en Iran

Les réactions se multiplient après la victoire de Raïssi lors de la présidentielle en Iran© Site de la présidence iranienne Source: Reuters
Le président iranien, Hassan Rohani, en compagnie de son successeur, Ebrahim Raïssi, le 19 juin 2021 à Téhéran (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Après la victoire du conservateur Ebrahim Raïssi lors de la présidentielle en Iran, les réactions se multiplient. Israël a exprimé une «grave inquiétude» alors que la Russie a appelé à «une coopération bilatérale constructive».

Ancien procureur général d'Iran entre 2014 et 2016, nommé en 2019 par le Guide suprême, Ali Khamenei, chef de l'Autorité judiciaire iranienne, le conservateur religieux Ebrahim Raïssi a remporté l'élection présidentielle du 18 juin en obtenant 61,95% des voix dès le premier tour.

Les réactions à l'élection de celui qui remplacera le 3 août prochain Hassan Rohani, en poste depuis 2013, se sont multipliées. Si la Russie, la Turquie, la Syrie ou encore le mouvement palestinien du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza ont chaleureusement félicité l'homme d'Etat de 60 ans, Israël ou encore les Etats-Unis se sont montrés moins emballés.

La Russie appelle à un «développement ultérieur d’une coopération bilatérale constructive»

Dans un télégramme transmis par Vladimir Poutine à son futur homologue iranien le 19 juin, et cité par le Kremlin, le président russe a expliqué espérer que «vos activités à ce poste élevé contribueront au développement ultérieur d’une coopération bilatérale constructive dans divers domaines et de notre partenariat dans les affaires internationales». «Cela répond entièrement aux intérêts des peuples russe et iranien et va dans le sens d’un renforcement de la sécurité et de la stabilité régionales», a-t-il ajouté, précisant : «Les relations entre nos pays sont traditionnellement amicales et de bon voisinage.»

De leur côté, les Etats-Unis ont regretté le même jour par la voix d'un porte-parole du département d'Etat que «les Iraniens [aient] été privés de leur droit à choisir leurs propres dirigeants à travers un processus électoral libre et honnête». Il a ajouté que les Etats-Unis se tenaient toutefois prêts à participer aux négociations sur le nucléaire iranien, alors qu'une réunion à ce sujet doit se tenir ce 20 juin à Vienne.

Chaleureuses félicitations de Damas et d'Ankara

Le président syrien, Bachar el-Assad, a envoyé un télégramme de félicitations à Ebrahim Raïssi le 19 juin comme le rapporte la présidence syrienne sur son compte Twitter. «Dans son télégramme, le président el-Assad a félicité, en son nom et au nom du peuple arabe syrien, le président iranien élu Ebrahim Raïssi [...] lui souhaitant le succès dans ses nouvelles responsabilités pour poursuivre la ligne de la Révolution islamique en Iran vers davantage de prospérité et de progrès dans tous les domaines au profit du peuple iranien», est-il expliqué. Bachar el-Assad a ajouté : «Je saisis l’occasion pour vous exprimer notre souci de travailler avec vous afin de renforcer les relations bilatérales fondées sur de longues décennies d’amitié historique, d’entente mutuelle et d’intérêts communs entre la République arabe syrienne et la République islamique d’Iran.»

La Turquie a également félicité le président élu. «La coopération entre nos deux peuples sera renforcée», a souligné le président turc Recep Tayyip Erdogan cité par l'AFP, ajoutant vouloir que cette victoire d'Ebrahim Raïssi soit «bénéfique pour le peuple iranien». Il s'est également dit prêt à travailler avec le vainqueur de l'élection présidentielle dès son entrée en fonction.

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, allié de l'Iran, Hassan Nasrallah, a également félicité Ebrahim Raïssi le 20 juin dans une lettre transmise aux journalistes. Il a évoqué une «grande victoire [...] à un moment sensible et fatidique de l'histoire de l'Iran et de la région». «Votre victoire a ravivé les espoirs du peuple iranien et des peuples de notre région [qui] voient en vous une forteresse et un soutien solide [...] à la résistance contre les agresseurs, a-t-il ajouté.

Le mouvement palestinien du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a lui «félicité» la nation iranienne pour «le succès du processus démocratique», d'après des propos repris par l'AFP. «L'Iran a toujours été un des principaux soutiens, fort et fiable, de la résistance palestinienne et de notre cause nationale», a-t-il ajouté.

Israël évoque une «grave inquiétude»

De son côté, Lior Haiat, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a regretté le 19 juin sur Twitter que le président iranien élu soit, selon lui, «engagé en faveur du programme nucléaire militaire iranien qui avance rapidement». «Son élection dévoile clairement les intentions nuisibles [...] de l'Iran, et devrait susciter une grave inquiétude au sein de la communauté internationale», a-t-il ajouté.

«Le nouveau président iranien, connu sous le nom de boucher de Téhéran, est un extrémiste responsable de la mort de milliers d'Iraniens. Il est attaché aux ambitions nucléaires du régime et à sa campagne de terreur mondiale», a également tancé le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, le même jour, toujours sur Twitter.

Le fils de dernier Chah d'Iran, démis en 1979 par la Révolution islamique, Réza Pahlavi, a assuré le 19 juin sur Twitter que les Iraniens avaient fait preuve, selon lui, «d'unité et de solidarité» en «boycottant et en disant non au régime autoritaire en Iran», alors que le taux d'abstention a atteint un record pour un scrutin présidentiel depuis l'avènement de la République islamique avec 48,8% de participation.

Enfin, dans un communiqué mis en ligne le 19 juin, Amnesty international a accusé Ebrahim Raïssi d'avoir été membre d'une «Commission de la mort», qui serait, selon l'organisation, responsable de disparitions forcées et d'exécutions extrajudiciaires lorsqu'il servait en tant que procureur adjoint du tribunal révolutionnaire de Téhéran en 1988. «Le fait qu'Ebrahim Raïssi ait accédé à la présidence au lieu de faire l'objet d'une enquête pour crimes contre l'humanité, meurtre, disparitions forcées et torture, est un rappel sinistre que l'impunité règne en maître en Iran», a ajouté l'ONG.

Ebrahim Raïssi remplacera le 3 août prochain Hassan Rohani à la tête de la République islamique d'Iran, devenant le 8e président depuis la révolution de 1979.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»